Faible mobilisation des taxis franciliens contre l'américain Uber

par Cécile Mimaut lundi 15 décembre 2014 06:48, mis à jour le lundi 15 décembre 2014 à 18h00
Taxi illustration
Des cortèges de taxis sont partis lundi matin des aéroports de Roissy et d'Orly en direction de la place Vauban, dans le 7e arrondissement de la capitale, pour protester contre le service UberPOP © REUTERS/Philippe Wojazer

La circulation en région parisienne a été particulièrement perturbée ce lundi matin. Plusieurs associations de taxis ont appelé à bloquer les accès à la capitale. Rassemblés dès 5h aux abords des aéroports d'Orly, de Roissy et porte de Saint-Cloud, les cortèges se sont mis en route vers 8h, direction Paris. Ils se sont rassemblés dans l'après-midi devant le ministère des Transports.

Trois associations de taxis appellaientent à manifester ce lundi 15 décembre contre la décision de justice qui permet au service de voiturage contesté UberPOP de continuer d'exercer. Trois cortèges, partis ce matin des aéroports de Roissy et d'Orly ainsi que de la porte de Saint-Cloud, se sont dirigés lentement vers le centre de Paris, où ils se sont rassemblés devant le ministère des Transports. La dispersion a eu lieu vers 17h.

13h00 : Depuis ce matin, Mathilde Lemaire suit pour France Info le cortège des taxis parti de Roissy. Des professionnels mobilisés mais moins que lors de leurs précédentes actions contre les VTC, et qui accueillent avec prudence l’annonce faite ce matin d’une interdiction prochaine d’UberPOP.

Ecoutez le reportage de Mathilde Lemaire

 

12h30 : sur France Info, Alain Bonnafous, chercheur au laboratoire d'économie des transports à l'université de Lyon comprend la colère des artisans taxi. Pour lui c'est toute la profession qu'il faut mieux réguler à l'avenir. "La société Uber est une multinationale qui a l'habitude de ce genre de chose et il est vraisemblable qu'elle aura des parades", à l’interdiction d’exercer. "Il y a une éternité que l'auto-stop n'est pas interdit dans ce pays. Et là, on a l'auto-stop plus internet. Tout le problème est de savoir comment on peut réguler ce genre de chose et régler la problématique des taxis. On a eu ce problème dans le passé quand on a supprimé le contingent des licences dans le transport routier", souligne-t-il.
 

Selon Alain Bonnafous, tout le problème est de savoir comment réguler les choses.

12h15 : UberPOP, l'offre payante de transport entre particuliers proposée par la société américaine Uber sera interdite en France dès le 1er janvier, a annoncé ce matin le porte-parole du ministère de l’Intérieur. Mais les artisans taxis sont très sceptiques sur l'application de l'interdiction, à l’image de Mustapha Fahmi, de la Fédération indépendante des taxis parisiens. Selon lui, il fallait tout de suite interdire UberPOP. Le mal est fait, estime-t-il.

Selon Mustapha Fahmi, taxi, il est trop tard pour arrêter Uber. Au micro de Béatrice Dugué)

La mobilisation des taxis ce lundi profite visiblement à UberPOP, qui revendique 160.000 utilisateurs, et en profite pour faire le plein de courses.

12h00 : le plus gros cortège des taxis, une centaine de véhicules partis de Roissy ce matin, est arrivé à hauteur du Stade de France, sur l’autoroute A1. Les taxis, qui manifestent à l’appel de trois associations et collectifs, sont escortés par la police. Cette fois, l'intersyndicale n'a pas rallié le mouvement, même si elle  demande aussi l'interdiction d'Uber. "Nous ne voulons pas déranger les gens à l'approche de Noël", a expliqué  Nordine Dahmane (FO), membre de l'intersyndicale CFDT, CGT, FO SDCTP et CST qui  se réunira lundi pour décider d'une éventuelle action nationale en janvier.

11h30 : la centaine de taxis partis vers 8h de l’aéroport de Roissy sont actuellement arrivés à hauteur de la Courneuve dans un concert de klaxons, constate Mathilde Lemaire. Ils vont maintenant prendre la direction du périphérique. Le trafic est fortement perturbé. 

11h00 : alors que des taxis en colère arrivent Porte Maillot, Manuel Valls a réagi à cette mobilisation de protestation contre le service de voiturage UberPOP. Un service qui sera interdit dès janvier s'il reste en l'état, a déclaré ce matin le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. "Nous ne cédons à aucune corporation, nous appliquons la loi", a insisté le Premier ministre en marge d'un déplacement à Dijon. "Libérer les énergies de notre économie, ce n'est pas la loi de la jungle. Il faut rassurer évidemment les taxis, ceux qui manifestent et surtout ceux qui ne manifestent pas et sont parfaitement au courant des processus d'élaboration de la loi", a-t-il poursuivi.

10h30 :

10h00 : l'opération escargot a du mal à se mettre en place sur l'autoroute A1, au nord de Paris. Les manifestants les plus motivés tentent de convaincre leurs collègues non grévistes de se joindre au mouvemement, histoire de grossir un cortège moins fourni que lors des précédentes mobilisations, constate sur place Mathile Lemaire. 

9h30 :


9h00 : Une cinquantaine de taxis partis de l’aéroport d’Orly font route vers Paris via l’A86, dont ils occupent la file de droite. Une dizaine de véhicules sont restés postés à l’aéroport pour empêcher les prises en charge de clients, a constaté Béatrice Dugué. Opération escargot également en cours sur l'A1 depuis Roissy.

8h30 : UberPOP sera interdite en France le 1er janvier avec l'entrée en vigueur de la loi Thévenoud sur la régulation de la concurrence avec les taxis, déclare à la télé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, qui souligne  le "caractère illégal" du service proposé par l'application UberPOP de la société américaine de voiturage Uber.

Sur France info, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, a précisé ce qui serait interdit à partir du 1er janvier. Au mico de Céline Bayt-Dacourt

8h00 : une centaine de taxis, certains avec des autocollants "VTC hors la loi" collés sur le pare-brise,  quittent en ce moment le Terminal 3 de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, direction l'A1 et le périphérique parisien, constate Mathilde Lemaire.

7h45 : les taxis commencent à se rassembler aussi porte d'Auteuil, dans l'ouest de Paris. Ils occupent deux voies du périphérique intérieur dans ce secteur. Sur le reste du réseau, la gène pour le moment reste assez modérée.

7h30 : le cortège d'une cinquantaine de taxis rassemblés depuis l’aube à Orly Ouest n’a pas encore quitté l’aéroport, constate pour France info Béatrice Dugué. En revanche, très peu de prise en charge à l’aéroport ce matin, preuve que la grève fonctionne. Départ prévu vers 7h45 pour Paris. Le cortège mettra le cap sur Paris sur une file, pas de blocage total donc. Il passera par la Porte Dauphine, l’Etoile et rejoindra la place Vauban. 


7h15 : Pas de perturbation particulière sur le réseau routier et autoroutier francilien pour le moment. Les taxis ne devraient quitter les aéroports de Roissy et d'Orly qu'à 7h30, voir 7h45. Depuis Roissy, ils prendront l'A1, puis le périphérique extérieur. D'Orly, ils emprunteront l'A6, puis Paris intra muros jusqu'aux Invalides. 

sytadin 7h23
Un lundi matin pour le moment ordinaire, voire moins chargé que d'habitude à cette heure sur les routes © Capture d'écran du site Sytadin, trafic en temps réel, à 7h23

7h : Une centaine de taxis, toutes lanternes éteintes, sont toujours rassemblés à Roissy, constate Mathilde Lemaire sur place. Ils devaient quitter l'aéroport pour converger, via l'autoroute A1, jusqu'aux abords de la place Vauban, dans le 7e arrondissement de Paris. Des opérations escargot sont prévues à partir de 8h. Les taxis espèrent bloquer les entrées de la capitale et les accès aux gares parisiennes.

6h30 : Une cinquantaine de taxis sont présents près du Terminal 3 de Roissy. A Orly, quelques véhicules stationnés en tête des stations taxis bloquent la prise en charge des clients. 

5h : Plusieurs dizaines de taxis commencent à se rassembler aux abords des aéroports parisiens de Roissy Charles-de-Gaulle, au nord de Paris et d'Orly au sud.