Le Nobel de physique au Français Haroche et à l'Américain Wineland

par Cécile Quéguiner mardi 9 octobre 2012 11:51, mis à jour le mardi 9 octobre 2012 à 12h25
Scanpix Sweden Reuters

Les deux physiciens Serge Haroche et David Wineland se sont vus décerner mardi le Nobel 2012 de physique pour leurs travaux sur les interactions entre lumière et matière. Travaux difficiles à appréhender, mais qui pourraient permettre de fabriquer des ordinateurs plus rapides ou des horloges plus précises.

Ce n'est pas la première distinction que reçoit le physisien français Serge Haroche, professeur au Collège de France depuis 2001 et oncle du chanteur Raphaël. Ce spécialiste de physique atomique et d'optique quantique a déjà reçu la médaille d'or 2009 du CNRS. Le voilà à nouveau récompensé par le prix Nobel de physique, avec son confrère David J. Wineland pour "leurs méthodes expérimentales novatrices qui permettent la mesure et la manipulation des systèmes quantiques individuels", dixit le jury du Nobel à Stockholm. 

De quoi s'agit-il ? De ce que l'on appelle la physique quantique, ce monde étrange que représente l'infiniment petit, où le comportement des atomes et des particules est régi par des lois contraires à la physique classique. Difficile à comprendre pour le profane. Même si les applications concrètes se multiplient.

Ces recherches sont notamment sur le point de permettre "la construction d'un nouveau type d'ordinateurs hyper rapides basés sur cette physique quantique". Serge Haroche, joint par France Info, quelques minutes seulement après sa consécration, l'explique ainsi : "Si vous prenez votre téléphone cellulaire, ses composants et la façon dont ils fonctionnent sont basés sur des lois quantiques. On utilise la physique quantique tous les jours sans le savoir". 

Deux lauréats, deux approches différentes

Les deux hommes récompensés par ce prix Nobel n'ont paradoxalement jamais travaillé ensemble. Leurs approches sont même opposées, selon l'Académie des sciences. L'Américain Wineland, 68 ans, docteur à l'université de Harvard a capturé "des atomes chargés en électricité (en ions), en les contrôlant et les mesurant grâce à la lumière (aux photons)". Tandis que son colauréat français, Serge Haroche, "contrôle et mesure des photons capturés, ou particules de lumières, en envoyant des atomes vers une trappe". De la pure recherche fondamentale, invisible à l'oeil nu. 

Au laboratoire Kastler-Brossel de l'Ecole normale supérieure où Serge Haroche mène ses travaux depuis 20 ans, on a évidemment accueilli ce prix Nobel comme une consécration. 

Reportage au laboratoire de Serge Haroche - Un prix Nobel après "20 ans de recherches capricieuses et de travail ingrat" Reportage de Sébastien Baer (00:02:01)