Le gaz de schiste dangereux pour la santé

par Mélody Piu mardi 28 août 2012 17:54
Kacper Pempel Reuters

L'association santé environnement (ASEF), qui rassemble environ 2.500 médecins, a dénoncé mardi les risques sanitaires liés à l'exploitation du gaz de schiste. Le processus d'extraction de ce gaz naturel libérerait des agents hautement cancérigènes.

Le gaz de schiste suscite déjà la polémique notamment sur son impact environnemental. Mais selon l'Association santé environnement (Asef), l'extraction de cette énergie fossile aurait également de lourdes conséquences sur la santé.

Des produits chimiques cancérogènes et neurotoxiques

Dans un communiqué, le docteur Pierre Souvet, président de l'Asef, explique que l'on "utilise dans les techniques de forage des centaines de
produits chimiques qui sont pour la plupart toxiques, voire cancérigènes
".

Le neurologue Pascale Homeyer avait déjà indiqué en 2011 dans une étude sur les Conséquences de l'exploitation du gaz de schiste sur l'environnement et la santé, que les liquides de fracturation employés pouvaient "contenir jusqu'à 1.000 produits agents de soutènement, réducteurs de friction, surfactants, gélifiants,
inhibiteurs de corrosion, antimousses...) dont certains sont cancérogènes
(benzène, formaldéhyde, naphtalène...), neurotoxiques (aluminium, hexane,
acrylamide, toluène, xylène...), ou toxiques pour la reproduction (acide borique,
toluène).
" Auquel il ajoutait  "Certaines substances considérées comme des
perturbateurs endocriniens sont également utilisées (phtalates, 2-
butoxyéthanol...)
".

De la radioactivité naturelle

La roche souterraine fracturée peut elle même libérer des substances toxiques, comme de l'arsenic, des métaux lourds (plomb, mercure etc.) ou encore de la "radioactivité naturelle" souligne le président de l'Asef. Ainsi, les polluants s'inflitrent dans les nappes phréatiques et contaminent l'eau que l'on consomme.

Par exemple, le docteur Patrice Halimi, secrétaire général de l'Asef, explique que l'EPA, l'agence américaine de protection de l'environnement, a étudié l'eau de plusieurs personnes qui habitent à proximité des puits de forage. Ils se sont alors aperçus que sur 17 puits, 11 étaient contaminés par des agents hautement cancérigènes (arsenic, cuivre, 2-butoxyéthanol etc.). "Il y a eu le scandale du sang contaminé, là, c'est
de l'eau contaminée avec des produits cancérigènes reconnus
", ajoute-t-il.

La pollution de l'air à l'origine de maladies respiratoires

Outre la contamination de l'eau, les techniques d'extraction du gaz de schiste ont aussi un impact sur l'atmosphère. Selon l'Asef, les techniques de forage utilisent des combustibles fossiles tel que le pétrole, qui participe à la pollution et au réchauffement de la planète.  

"Le trou qu'on va creuser, si on exploite le
gaz de schiste, c'est celui de la Sécurité sociale, ce serait un pacte avec le
diable"
, réplique le secrétaire général de l'Asef.

Selon Réseau Environnement Santé (RES) qui fédère plusieurs associations écologistes tels que le WWF ou Générations Futures, "Les eaux de
forages récupérées (environ 60%) et stockées dans des bassins
de décantation à ciel ouvert favorisent l'évaporation de substances volatiles
entraînant une pollution chimique qui pourrait être dommageable pour la santé
des populations riveraines au vue de ce qui a déjà rapporté dans les zones de
forage (troubles respiratoires, allergies, maux de tête, pelades et décès
prématurés chez le bétail)."

Le docteur Halimi conclut que "le bénéfice énergétique mis en avant par ceux qui
défendent ce projet, ainsi que leurs intérêts, est insignifiant par rapport aux
risques que l'on fait prendre aux populations.Le message qu'il
faut faire passer, c'est qu'il faut modérer la consommation énergétique.
"