Electricité : la France vote la réduction du nucléaire à 50%

par Cécile Mimaut vendredi 10 octobre 2014 13:39
illustration fessenheim
Ci-contre, la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, en exploitation commerciale depuis 1978, implantée en bordure du Grand Canal d'Alsace © Maxppp

L'Assemblée nationale a voté ce vendredi l'article 1er du projet de loi de transition énergétique, qui prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025, comme promis par François Hollande lors de sa campagne électorale. Une bonne nouvelle pour les écologistes après l'abandon jeudi de l'écotaxe.

Les députés examinent depuis le 30 septembre les 64 articles du projet de loi "relatif à la transition énergétique pour la croissance verte". Vendredi matin, ils ont voté le 1er article du texte, qui prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité en la faisant passer de 75% aujourd'hui à 50% à l'horizon 2025. C'était une des promesses de François Hollande lors de sa campagne électorale. 

Un cap vient d'être franchi selon EELV

Emmanuelle Cosse se félicite. "C'est un signe très fort que la France vient d'envoyer, parce que c'est le premier pays nucléarisé du monde et ce pays-là vient de dire qu'il allait réduire la part du nucléaire dans la production électrique et qu'il allait développer les énergies renouvelables", estime la patronne d'Europe Ecologie Les Verts sur France info. "C'est pour moi une étape très forte pour notre pays et aussi pour les emplois qui vont aller derrière", poursuit-elle.
 
Le texte prévoit en effet une augmentation de la part des énergies renouvelables, portée à 23% en 2020 et 32% en 2030, et une diminution de la consommation des énergies fossiles de 30% d'ici 2030.
 

Un vote qui fait passer la pilule écotaxe

Une bonne nouvelle donc pour les écologistes, surtout après l'abandon, la veille, de l'écotaxe, qui selon François de Rugy est "un très mauvais signal pour l’écologie en général". Le député EELV qui se console donc ce vendredi avec cette loi sur l’énergie, qui est "quand même d’une autre ampleur" souligne-t-il, "puisqu’il s’agit de mettre en œuvre un changement très profond dans la diversification des sources d’énergie en France et de développer enfin les énergies renouvelables". "C’est un changement sans précédent qui heureusement, lui, se met en œuvre", poursuit-il sur France info.