Des activistes écolos revendiquent 600 détournements de panneaux JCDecaux à Paris et au Bourget

par Mathilde Lemaire samedi 28 novembre 2015 22:54
Un des panneaux JCDecaux détourné par les activistes de Brandalism.  © DR
Un des panneaux JCDecaux détourné par les activistes de Brandalism. © DR

Des activistes écologistes ont "piraté" des panneaux d'affichage JCDecaux à Paris et au Bourget, sur le site de la COP21. Ils affirment en avoir détourné 600 en y placardant des affiches mettant en cause les chefs d'Etats participants sur leurs engagements pour le climat.

Si vous êtes Parisiens ou en visite dans Paris, vous avez peut-être aperçu depuis samedi des parodies de publicités ou des affiches mettant en cause des chefs d'Etats sur des panneaux publicitaires : dans la capitale et sur le site du Bourget où s'ouvre aujourd'hui la COP21, grande conférence mondiale sur le climat. C'est l'oeuvre d'activistes de l'organisation "Brandalism", basée à Londres. Ils ont pris de court le géant français de l'affichage JCDecaux, dont ils disent occuper 600 espaces, et ils ont  trouvé là un moyen de se faire entendre en contournant l'interdiction de manifester imposée par l'état d'urgence. 

600 détournements revendiqués

Une cinquantaine d'activistes ont revêtu de faux gilets orange JCDecaux, histoire de passer inaperçus. Sans vandaliser les serrures des panneaux, de manière assez maligne, ils ont réussi à remplacer disent-il 600 publicités par des affiches réalisées par des artistes militants. C'est le cas sur les Champs-Elysées, à Opéra, au Bourget, boulevard Voltaire ou encore près du Louvre.

Détournement d\\\'un panneau d\\\'affichage au Bourget sur le thème de l\\\'état d\\\'urgence. © DR
Détournement d'un panneau d'affichage au Bourget sur le thème de l'état d'urgence. © DR

"Etat d'urgence... climatique"; "Volkswagen, roulez plus propre"

Exemple :  ce portrait de François Hollande avec écrit : " état d'urgence climatique"' ou celui du président chinois avec des centrales à charbon à la place des cheveux. Aussi tournés en dérision : les marques, avec ces slogans  : "Total vous n'avez pas besoin de savoir" ou "Volkswagen, roulez plus propre, du moins en apparence". Fantine, l'une des porte-parole française de l'ONG "Brandalism", explique la démarche : "Le gouvernement a choisi d'interdire les mobilisations. Il fallait interpeller d'une manière différente, à grande échelle. Les affiches dénoncent le consumérisme, l'exploitation de nos désirs qui repose essentiellement sur les énergies fossiles, qui ont donc un impact direct sur le changement climatique. JCDecaux, sur tous leurs camions, on peut voir qu'ils sont partenaires officiels de la COP21. Il y a un certain nombre de sponsors qui sont parodiés dans les affiches parce qu'ils essayent de donner une image un peu plus verte, alors qu'ils sont pollueurs importants, comme Air France ou l'ex-GDF-Suez".

Le géant de l'affichage JCDecaux a réussi à recouvrir quelques unes de ces fausses pubs et messages militants. Mais la plupart devraient rester visibles au moins jusqu'à lundi.