Climat : le Giec annonce des "impacts graves et irréversibles"

par Sylvie Johnsson lundi 31 mars 2014 05:20, mis à jour le lundi 31 mars 2014 à 13h24
L\\\'Asie et particulièrement le Bangladesh sont particulièrement vulnérables aux inondations
Andrew Biraj Reuters

Le groupe international des experts du climat a adopté dimanche son 5e rapport sur les impacts du changement climatique. Après avoir annoncé que d'ici 2100 le réchauffement pourrait atteindre plus de 4 degrés et que la mer pourrait monter de près d'un mètre si rien n'est fait, ils insistent sur les impacts concrets que cela aura pour la vie sur Terre.

"Tous les continents et les océans" sont déjà affectés par le réchauffement climatique
constate les auteurs de ce rapport et "la probabilité d'impacts graves,
étendus et irréversibles s'accroît avec l'intensification du réchauffement".

Et ils
citent notamment l'aggravation des événements climatiques
extrêmes, et toutes les questions liées à la sécurité alimentaire 

Un degré
supplémentaire ça ne paraît pas beaucoup et pourtant c'est 20 % de ressources
en eau en moins. Il faut se préparer à une baisse des rendements
agricoles en particulier pour le blé, le maïs et pour le riz. La production de
céréales pourrait baisser de 2 % par an, alors que dans le même temps il y a de
plus en plus de bouches à nourrir puisque les hommes seront bientôt 10 milliards
sur la planète.

Les agrocarburants contestés

Dans leur rapport, les experts du GIEC font volte-face sur les agrocarburants. En 2007,
dans leur précédent rapport, ils pensaient que les carburants à base de colza
ou de canne à sucre pouvaient être une solution pour que les transports émettent
moins de CO2. Cette fois, ils estiment que leur développement pourrait mettre
gravement en danger la sécurité alimentaire de la planète.

Ce
rapport met aussi l'accent sur le manque de préparation des pays face aux
bouleversements qui s'annoncent : la disparition de certaines espèces
notamment pour les pêcheurs, trois fois plus de personnes soumis aux cyclones
ou aux inondations.

La disparition d\\\'espèces en fonction de leurs vitesses de déplacement
Autre

La disparition d'espèces en fonction de leurs vitesses de déplacement

Et même si l'Asie est très vulnérable, l'Europe ne doit pas
se croire à l'abri d'autant que nous avons beaucoup construit en zone
inondable. Ce rapport annonce notamment une hausse des précipitations dans le nord de l'Europe.

Les prévisions du Giec pour l\\\'Europe (en anglais)
Autre

Les prévisions du Giec pour l'Europe (en anglais)