La Belgique milite pour inscrire la frite au patrimoine de l'Unesco

par Anne Lamotte lundi 1 décembre 2014 10:52, mis à jour le lundi 1 décembre 2014 à 11h15
friterie
© Fotolia

Les communautés francophones, germanophones et flamandes de Belgique ont décidé d'unir leurs efforts pour défendre la "frite belge" et la faire inscrire par l'Unesco au patrimoine culturel de l'humanité. Les 11 millions de Belges sont appelés à signer une pétition pour défendre leur frite.

Depuis un an, la frite est inscrite au patrimoine immatériel de la Flandre, la région néerlandophone du nord du royaume où vivent  6 des 11 millions de Belges. Une décision que vont également prendre la Communauté Wallonie-Bruxelles, instance politique qui représente les quelque 4,5 millions de francophones, ainsi que la petite Communauté germanophone, qui rassemble les 70.000 personnes parlant l'allemand dans l'est du pays, a indiqué le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin, cité par l'agence de presse Belga.
 
L’annonce de l’inscription de la frite au patrimoine immatériel a eu lieu quelques jours avant le lancement de la quatrième "semaine de la frite", qui se déroule cette semaine et au cours de laquelle des "cornets de frites" seront distribués gratuitement dans les friteries, fritkots (en néerlandais) et autres baraques à frites du royaume.
 
Une pétition a été lancée afin que la frite belge rejoigne les spécialités culinaires classées par l'Unesco, et qu’elle rentre ainsi "dans l'Histoire". Les Belges sont invités à signer la pétition sur le site www.semainedelafrite.be dont le slogan est "Tous ensemble pour notre frite belge !".

Le Nord contre-attaque

Après l’annonce de la Belgique, le Nord de la France contre-attaque. Le quotidien La Voix du Nord en a fait sa une le week-end dernier : "L'Union fait la frite". Le quotidien explique que, dans le Nord comme en Belgique,  on adore les frites et qu’eux aussi ont leurs centres-villes garnis de friteries. "C’est un plus pour leur économie, pour le Nord également. Ils envisagent que cet emblème de leur pays soit reconnu comme patrimoine de l’humanité, sans nous… pour l’instant."
 
La Voix du Nord a interrogé le ministre wallon de l'agriculture, René Collin, qui se dit favorable à une union du Nord et de la Belgique pour déposer la demande d'inscription des frites à l'Unesco. "Le Nord et la Belgique sont très proches. Au-delà de la frite, nous avons un point commun : la bonne humeur.", déclare-t-il. Toutefois, il reconnaît que même si "la frite belge est la meilleure du monde, cela n'empêche pas nos amis du Nord de revendiquer avec nous ce rassemblement populaire autour du symbole de notre gastronomie."
 

Les Belges et les frites. Toute une histoire. Le reportage d'Anne Lamotte