aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

SeaFrance condamnée pour licenciement abusif

le Vendredi 14 Septembre 2012 à 16:42
Par Mélody Piu

Le tribunal d'instance de Calais a condamné vendredi l'ancienne compagnie SeaFrance pour licenciements abusifs et le non reclassement de 272 anciens salariés, lors de plans sociaux en 2009 et 2010. Plus de 300 nouvelles plaintes seront déposées par d'autres salariés dans une quinzaine de jours.

"Champagne! C'est gagné! Les dossiers sont gagnés", s'est réjoui l'avocat des salariés, Maitre Philippe Brun, concernant la condamnation de SeaFrance. "Le licenciement pour motif économique est abusif et sans cause réelle et sérieuse" a t-il ajouté. 

La première décision du tribunal d'instance de Calais ne concerne pour le moment que deux des 272 dossiers de salariés qui demandaient des indemnités et des dommages et intérêts au cas par cas pour chacun d'entre eux. "Il y a eu une condamnation à 28 000 euros et une condamnation à 22 000 euros", explique l'avocat au micro de France Info. Toutefois, le montant des autres indemnisations sera variable en fonction de l'âge et de l'ancienneté. 

Le combat continue

Philippe Brun a indiqué qu'il souhaitait "continuer le combat" en déposant "d'ici quinze jours plus de 300 nouveaux dossiers" pour poursuivre cette fois-ci "à la fois SeaFrance et la SNCF (ex-maison mère de SeaFrance, ndlr)". 

"Aujourd'hui la SNCF ne cesse, de peur d'être plus gravement condamnée, d'appeler chacun de mes clients pour les inciter à signer une transaction pour un montant moyen de 15.000 euros" ajoute t-il. 

L'avocat confiant, fini par s'adresser au PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, en lui demandant d'assumer sa responsabilité pour avoir mal mené SeaFrance qui "renait de ses cendres".

"Monsieur Pepy, il faut faire la paix, vous avez perdu et il y a un prix à payer" conclut Philippe Brun. 

Après la mise en liquidation judiciaire début janvier, les trois ex-navires de SeaFrance avaient été attribués à l'exploitant du tunnel sous la Manche par le tribunal de commerce le 11 juin dernier. Cette décision devrait permettre à 560 salariés de reprendre la mer. 

Philippe Brun, avocat des salariés "il faut continuer le combat"

Lecture
 
Partager
Par Mélody Piu
aller directement au contenu