Ile-de-France : dézonage du Pass Navigo le week-end

par Mélanie Potet vendredi 31 août 2012 21:31, mis à jour le samedi 1 septembre 2012 à 06h00
Le dézonage de la carte Navigo le week-end donne la possibilité pour un usager d'aller partout en Ile-de-France
Sipa

Voyager en toute liberté et explorer l'Île-de-France de long en large sans payer un euro? C'est désormais possible les week-ends et les jours fériés pour les abonnés Navigo grâce au dézonage, effectif dès samedi matin. Un bon moyen de visiter la région à moindre coût, sauf pour les usagers de la zone 1-5 qui voient leur titre de transport augmenter.

Jean-Paul Huchon (PS), président du conseil régional, a annoncé jeudi le dézonage de la carte Navigo les week-ends et les jours fériés. Comme le conseil s'y était engagé. Une réforme de la tarification qui entrera en vigueur dès samedi matin, et non pas vendredi à minuit comme cela avait pu être entendu.

Mais cette gratuité occasionnelle semble entrainer l'augmentation des tarifs d'abonnement. Une conséquence contestée par l'ancienne ministre UMP, Valérie Pécresse.

Conséquence : une augmentation des tarifs

La chef de file de l'opposition au Conseil régional d'Ile-de-France dénonce le coût de cette opération : "26 millions d'euros en année pleine". Des dépenses qui entrainent inévitablement des augmentations à la marge de 2% du Pass Navigo annuel. Ainsi, l'ancienne ministre révèle que les usagers "ont vu leur titre de transport bondir de 23,10
euros par an, soit une augmentation deux fois supérieure à celle des usagers de
la zone 1-2"
.

Par ailleurs, selon la député des Yvelines, les premiers à en faire les frais seraient "les habitants de la
grande couronne"
: "Jean-Paul Huchon a
délibérément choisi de faire payer en priorité les usagers de la zone 1-5,
c'est-à-dire précisément ceux pour qui le dézonage ne présente aucun intérêt"

car ils peuvent déjà se déplacer "partout en Ile-de-France".

Autre réforme "très attendue des usagers" selon le socialiste Jean-Paul Huchon : le complément de parcours permettant aux voyageurs de dépasser la limite de ses zones
d'abonnement (il en existe cinq) en ne payant que le supplément du
trajet et non sa globalité. Date de validité : "fin décembre" ou "le 1er janvier", souligne le président.

Vers une individualisation du paiement

Ces deux réformes, d'un coût total de 37 millions d'euros en année pleine, sonnent comme les prémices du passage à un tarif unique d'un prix équivalent à l'actuel abonnement 2 zones (62,90 euros), comme prévu dans l'accord conclu entre le Parti Socialiste et Europe Écologie les Verts (EELV). Une réforme globale des tarifs dans les transports qui avait également été adoptée par la région Île-de-France.

Cette révolution tarifaire prévoit sur le long terme l'application d'ici à 2015 de "l'unité transport", véritable individualisation du paiement de son trajet en fonction de la distance
parcourue et du mode de transport utilisé.