Lyon premier leader, Massy crée la surprise

par samedi 25 août 2012 23:35
Panoramic

Emmenés par Sébastien Chabal et Lionel Nallet, les Lyonnais ont facilement disposé de Tarbes samedi et trônent déjà en tête de la Pro D2. Si Oyonnax, Pau et Aurillac se sont imposés à l'extérieur, Massy a réussi ses débuts à ce niveau en dominant Aix-en-Provence.

Le LOU déjà en tête, la sensation Massy
Une première réussie pour Sébastien Chabal et Lionel Nallet sous les couleurs de Lyon. Tous deux titulaires samedi contre Tarbes, les anciens du Racing-Métro ou de Bourgoin ont activement participé au succès du LOU samedi en ouverture du championnat de France de Pro D2 (30-12). Supérieurs dans tous les secteurs, les hommes de Xavier Sadourny et Tom Smith ont rapidement pris les devants, grâce à un essai de Waisale Sukanaveita (5-0, 11eme). Largement devant à la pause (17-6), les Lyonnais ont poursuivi sur leur lancée au retour des vestiaires. A treize durant sept minutes en plein cœur de la seconde période, les Tarbais ont fini par craquer une deuxième fois et Romain Loursac a définitivement assuré le succès de son équipe (74eme). Avec une meilleure différence de points que les autres vainqueurs de la journée, les Rhodaniens sont les premiers leaders de Pro D2. Promus de Fédérale 1, les Massicois ont eux réussi leurs débuts à ce niveau. Dans une rencontre âpre et disputée contre Aix-en-Provence, les Essonniens ont été chercher la victoire dans les arrêts de jeu (21-18), sur une pénalité d’Adrien Malavard. L’objectif maintien débute idéalement pour les Franciliens.

Oyonnax et Pau à l’aise en déplacement
Le Stade Rochelais surpris devant son public par Oyonnax. L’USO a réussi une entame de saison parfaite en disposant de La Rochelle sur la pelouse des Maritimes (12-22). Longtemps indécise et cadenassée, la rencontre a basculé à l’orée du money-time, sur un essai de l’ailier Jonathan Traini (67eme). Les hommes de Frédéric Charrier réalisent donc l’une des belles opérations de la première journée, au même titre que les Palois. Vainqueurs sur le terrain des Narbonne (13-17), ils ont montré que la déception en finale d’accession la saison passée avait rapidement été évacuée. Les Narbonnais avaient pourtant entamé le match sur les chapeaux de roue et avaient ouvert le score par Manaia Salavea dès la troisième minute. Mais les Pyrénéens ont ensuite pris les choses en main. Devant à la pause (7-9), ils ont accentué leur avance dès la reprise, grâce à Dave Vainqueur (7-14, 41eme). Suite à l’expulsion de Sanale Vavae Tuilagi (51eme), le RCNM a terminé la rencontre en infériorité numérique et n’a jamais refait son retard.

Dax battu d’entrée à la maison, Auch et Albi au forceps
Entame catastrophique pour l’USD. Placés parmi les favoris pour la montée en Top 14, les Dacquois se sont largement inclinés à la maison contre Aurillac (16-31). Ils avaient pourtant ouvert le score dès la première minute, par l’intermédiaire de Florent Gibouin (7-0). Mais derrière, les Aurillacois ont réagi, d’abord par la botte de Maxime Petitjean. Ils sont passés devant au tableau d’affichage sur une réalisation d’Albert Valentin (13-17, 36eme). Les visiteurs ont ensuite enfoncé le clou, avec un essai de Jack McPhee (13-22, 51eme). Ils se sont contentés de gérer la dernière demi-heure pour empocher un succès précieux. Les Auscitains se sont eux imposés au bout du suspense contre Carcasonne (24-23). Si Benoît Lazzarotto a marqué le seul essai de la rencontre en faveur de l’USC dans un match fermé (34eme), le FCAG s’est arraché jusque dans les arrêts de jeu pour gagner. Pierre-Alexandre Dut a passé la pénalité de la victoire après la sirène. Les Albigeois ont eux aussi attendu les derniers instants pour assurer leur succès face à Colomiers (22-20). En première période, le SCA avait pris l’avantage, notamment grâce à un essai d’Anthony Poujol (27eme). Mais les Columérins, promus en Top 14, croyaient bien tenir leur victoire, lorsqu’ils sont passés devant suite à une réalisation de Yohan Rayssac (19-20, 76eme). Mais une ultime pénalité de Samuel marques a sauvé les Albigeois d’une première désillusion à domicile.