aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Riner la voulait tellement

le Vendredi 3 Août 2012 à 17:24
Par media365.fr

Déjà quintuple champion du monde de judo, Teddy Riner a décroché vendredi le titre olympique dans la catégorie des +100kg. Au terme d'une journée maîtrisée, il a dominé en finale son grand rival, le Russe Alexander Mikhaylin, pour effacer la désillusion du bronze obtenu en 2008 à Pékin.

Le sacre d'un géant. Déjà quintuple champion du monde et double champion d'Europe, Teddy Riner a maîtrisé tous ses combats de main de maître, jusqu'à la finale remportée contre le Russe Alexander Mikhaylin. A seulement 23 ans, il possède un palmarès de géant et figure déjà au panthéon de son sport, quatre ans après sa déception de Pékin, où il n'avait accroché que le bronze.

Des adversaires contraints à reculer

Dès le début de la matinée, il a imposé sa patte sur le tournoi. Extrêmement craint par tous ses adversaires, décrypté et analysé depuis quatre ans, Riner n'a pas eu à forcer son talent pour devenir le septième champion olympique français depuis le coup d'envoi des JO. Première victime, le Polonais Janusz Wojnarowicz n'a jamais soutenu la comparaison avec un Français concentré comme rarement et focalisé sur son objectif doré. Au deuxième tour, le Tunisien Faicel Jaballah a vaguement tenté d'ébranler le mythe avant d'être couché par le Français à une dizaine de secondes de la fin du combat. Riner a ensuite éliminé le Cubain Oscar Brayson en quarts de finale, grâce à un mouvement d'immobilisation au sol parfait.

Opposé au Sud-Coréen Sung-Min Kim en demies, le Français n'a pas tremblé et a encore poussé les arbitres à distribuer les pénalités à son adversaire pour obtenir un succès tranquille, par waza-ari. "Je m'étais entraîné à faire du judo et je suis tombé contre des adversaires qui se mettaient en arrière", a souligné Riner.

Une victoire "méritée"

Pour la finale du tournoi, il retrouvait l'un de ses plus grands rivaux. Depuis 2008, Mikhaylin avait multiplié les saillies verbales à l'encontre de Riner, même s'il ne l'avait jamais dominé en trois confrontations.  Sans solution pour gêner son adversaire, le Russe n'a pas réussi à placer la moindre attaque dangereuse et a cédé sans jamais avoir sa chance. "Je l'ai mérité cette victoire. Je suis allé la chercher, j'ai essayé d'attaquer. (...) Maintenant, je vais me reposer, je suis fatigué".

Il conclut ainsi une très belle semaine londonienne pour le judo français, avec un bilan de sept breloques (deux en or et sept en bronze). Très attendu, le pensionnaire du club de Levallois n'a pas craqué sous le poids de l'énorme pression qui pesait sur ses épaules.

JUDO / +100KG (H)

+100kg (Finale) - Vendredi 3 août 2012
Teddy Riner (FRA) bat Alexander Mikhaylin (RUS) sur waza-ari

Par media365.fr
6
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
serarli (anonyme),
Je pense qu'il serait bon de vérifier, pour certains, que veux dire le terme "breloque". C'est de plus en plus fréquent de voir ce terme utilisé pour désigner la médaille (qu'elle soit d'argent, d'or ou de bronze), tant convoitée. Nos athlètes n'ont pas travaillé dure pendant des années pour avoir la chance de passer autour de leur cou ce trophée que certain réduise au terme de "breloque".
Avatar de jules
Les stars du foot feraient bien de prendre de la graine sur les stars de l'athlétisme quant à leur comportement vis a vis du public .Qui sont les dieux du stade ...? !
Avatar de anonyme
Decrauze (anonyme),
Le colosse olympique. Jubilation de Teddy le Hardi, de Riner le Winner : cela enthousiaste de voir une telle spontanéité. Quel gouffre entre son comportement et celui de certains pros du ballon rond. Une forme olympienne au service d’un dépassement constant : recette pour s’ériger en or. L’actualité du monde aurait bien besoin d’une telle inspiration, cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/2012/08/en-vrac-lactu-alitee.html (et notamment le commentaire titré « En état de mort sportive »)
Avatar de anonyme
Veni, vidi, vici
aller directement au contenu