République Tchèque – Portugal : premier quart de finale de l'Euro-2012

par Baptiste Schweitzer jeudi 21 juin 2012 14:15
Yves Herman Reuters

C'est un quart surprise qui va opposer tout à l'heure (20h45) le Portugal à la République Tchèque. Surprise car pas grand monde n'attendait les Tchèques à ce niveau de compétition. Face à l'équipe emmenée par Cristiano Ronaldo, ils ne seront pas favoris mais rêvent, là encore, de déjouer les pronostiques.

Après leur défaite 4-1 face aux Russes lors de leur premier
match de l'Euro, les supporters Tchèques n'imaginaient sans doute pas voir leur
équipe poursuivre l'aventure en quart de finale. Elle est finalement là, opposée au Portugal.
Un match où les Tchèques ne partent pas favoris.

Le sélectionneur Michal Bilek le rappelle d'ailleurs, le "Portugal
est favori", mais il n'oublie pas non plus de souligner qu'en 1996 la situation était
identique et que, finalement, ce sont bien les Tchèques qui l'avaient emporté
(1-0). Un lob magistral de Karel Poborsky resté dans la légende. Michal Bilek espère rééditer l'exploit.

Le lundi 28 avril 2014

En 1996, la République Tchèque avait éliminé le Portugal (1-0) grâce à un but superbe de Poborsky

En 1996, la République Tchèque avait éliminé le Portugal (1-0) grâce à un but superbe de PoborskyFotbalHokejCZ

Le capitaine de l'équipe, Tomas Rosicky, ne devrait pas
débuter la rencontre en raison d'une douleur au tendon d'Achille. Il pourrait
toutefois entrer en jeu en fin de rencontre. Le brassard de capitane a donc été
donné au gardien Petr Cech. Il aura la lourde charge de museler Cristiano
Ronaldo.

La forme de Ronaldo décisive ?

Car la super-star portugaise est enfin
redevenue étincelante. Après deux premiers matchs ternes, Cristiano Ronaldo a
inscrit un doublé lors du match capital face aux Pays-Bas, sortant par la même
occasion les Néerlandais pourtant favoris de la compétition. S'il reste sur la
même lancée, "CR7" pourrait, une fois de plus, faire pencher la
balance.

Paulo Bento, le sélectionneur du Portugal,
veut rester "fidèle" à son "style" de jeu. Avec trois
maîtres mots : vitesse, sang-froid et concentration. Intérieurement il
doit certainement en appeler à la chance qui fuit pour l'instant son équipe. Ainsi,
lors de la défaite contre l'Allemagne, les Lusitaniens ont frappé quatre fois
les montants adverses.

Le vainqueur de cette rencontre affrontera le
gagnant du quart de finale opposant l'Espagne à la France.

. © IDÉ