aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Dernière ligne droite avant les JO pour Gévrise Émane

le Lundi 25 Juin 2012 à 14:56
Par Cécile Quéguiner

Gévrise Émane invitée de Bernard Thomasson en direct de l'Insep  (11'32'')

Lecture
 
Partager

La judoka que France Info suit à la trace depuis janvier entre dans la dernière phase de sa préparation olympique. Plus qu'un mois pour espérer décrocher à Londres la médaille manquée à Pékin.

L'entraînement s'intensifie à l'Insep pour Gévrise Émane © Radio France Cécile Quéguiner

Cette médaille, elle doit en rêver la nuit. La seule qui manque à son palmarès, désormais à portée de kumi-kata le 31 juillet prochain à Londres. Gévrise Émane, double championne du monde, se garde pourtant de céder à l'excitation, depuis qu'elle est officiellement sélectionnée. "C'est une compétition presque comme une autre". Surtout ne pas se laisser contaminer par la pression environnante. Une bonne dose de méthode Coué. "De toute façon, Martine sera là pour remettre les pendules à l'heure si je panique", dit-elle. Martine, Dupont de son nom, entraîneur de l'équipe de France féminine de judo, pièce maîtresse du staff qui entoure l'athlète et fait rempart contre cette pression qui peut faire vaciller les plus grands champions.

Régime "légumes" jusqu'à Londres

D'ailleurs, à mesure que les Jeux approchent, Gévrise comme les autres prétendantes au titre, vit de plus en plus coupée du monde, extirpée de son environnement pour être plongée dans un bouillonnant bain de judo. En stage à Bourges la semaine dernière, elle et ses coéquipières ont combattu plusieurs heures par jour jusqu'à épuisement. La suite devrait néanmoins être plus douce : deux autres stages, plus techniques, histoire de renforcer la cohésion de ce groupe de femmes en kimonos et surtout de ne pas trop puiser dans les organismes à quelques semaines de l'événement. 

Car Gévrise Émane, comme d'autres combattantes, doit aussi se battre contre son poids. La judoka, après être passée à côté des Jeux de Pékin en 2008, a dû choisir. Arrêter ou changer de catégorie, la sienne (les -70 kgs) étant désormais trustrée par Lucie Décosse, la star féminine des dojos français. Gévrise a douté, tergiversé, puis fait le pari. Le régime pour la gloire. Pari réussi. En version amincie, chez les moins de 63 kilos, la voilà championne d'Europe en 2011, du monde la même année, championne d'Europe à nouveau en avril dernier. Et le yoyo continueSodas interdits, légumes à tous les repas : Gévrise a de nouveau quelque cinq kilos à perdre d'ici à son aventure olympique, pour arriver au matin du 31 avec ses 63 kilos exactement et son visage de championne aux joues creuses. Et ce, sans avoir perdu une once de son "explosivité". Une équation délicate. La clé du titre que Gévrise convoite Outre-Manche. Elle se dit "prête". 

Par Cécile Quéguiner
aller directement au contenu