Débuts chaotiques pour le Dakar 2016

par Maud Czaja lundi 4 janvier 2016 07:37
Des pluies diluviennes se sont abattues sur l\\\'Argentine, obligeant les organisateurs à annuler la première étape du Dakar
Des pluies diluviennes se sont abattues sur l'Argentine, obligeant les organisateurs à annuler la première étape du Dakar © MaxPPP

La 38ème édition du Dakar, qui s'est élancée samedi en Argentine, connaît des débuts mouvementés : après la sortie de route d'une voiture de course qui a fait 10 blessés lors du prologue, la première étape a dû être annulée dimanche en raison des conditions météo. La deuxième étape prévue ce lundi devrait être raccourcie d'une centaine de kilomètres.

Le Dakar ne pouvait pas plus mal démarrer. Quelques heures à peine après le départ officiel du premier concurrent, la voiture n°360 de la Chinoise Guo Meiling sort de la route et percute un groupe de spectateurs. Etienne Lavigne, le directeur de la course, s'est rendu sur place : "C'est un Dakar qui commence de manière compliqué", reconnaît-il. 

"C'est forcément douloureux de devoir gérer ce genre de situations", explique Etienne Lavigne

A LIRE AUSSI ►►► Dakar 2016 : deux blessés graves lors du prologue

Pour éviter un maximum ces accidents, l'organisation indique chaque soir aux pilotes où se trouvent les zones spectateurs, précise le motard français Olivier Pain, qui participe à son dixième Dakar : "On était pas confrontés à cette population en Afrique. En Argentine, il y a toujours beaucoup de monde au bord des routes, on dirait le Tour de France." 

Les bulletins météo ne sont pas rassurants

Ce dramatique accident n'a pas été la seule ombre au tableau du week-end. Dimanche matin, la météo a joué des tours aux organisateurs. Sébastien Loeb, le nonuple champion du monde de rallye : "Ils ont été obligés d'annuler l'étape, parce que nous envoyer dans des pistes en terre boueuses, avec ces trombes d'eau, cela aurait été très compliqué !"

Sébastien Loeb : "Les organisateurs n'avaient pas d'autre choix que celui d'annuler l'étape"

Le Dakar pourrait connaître de nouvelles perturbations. Ces gros orages sont dus au phénomène climatique El Niño, très puissant cette année dans toute l'Amérique du Sud. Les bulletins météo des prochains jours ne sont pas rassurants. La deuxième étape prévue ce lundi devrait être raccourcie d'une centaine de kilomètres.