aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Affaire Armstrong : un équipementier veut attaquer l'UCI pour préjudice d'image

le Mardi 27 Novembre 2012 à 11:20
Par Cécile Quéguiner

C'est la première fois qu'un équipementier sportif s'apprête à intenter une action en justice contre une fédération sportive. La société australienne Skins réclame environ deux millions de dollars à l'Union cycliste internationale pour avoir "couvert" le système de dopage organisé par Lance Armstrong et ainsi écorné l'image du cyclisme.

"Les dirigeants de l'UNI sont des clowns, aimant voyager dans le monde et loger dans des hôtels cinq étoiles [...] Il faut de la transparence, que la vérité éclate". Coup de gueule de Jaimie Fuller, le président de Skins, un équipementier de vélos, partenaire de la Fédération cycliste australienne et de l'équipe professionnelle Rabobank. Pour Skins, l'UCI (Union cycliste internationale) et ses dirigeants portent leur part de responsabilité dans l'affaire Armstrong. Jaimie Fuller parle même d'une "culture de la corruption cancéreuse" à l'UCI. 

"L'UCI, garante de la propreté du cyclisme, a couvert Lance Armstrong" selon Skins

Les formules sont cinglantes, et l'avocat de Skins les étayent sur France Info. Selon Maître Cédric Aguet, certains témoignages contenus dans le rapport de l'agence américaine de lutte contre le dopage le prouvent : "Ils confirment tous que si Lance Armstrong a pu se doper aussi longtemps, c'est qu'il avait des appuis très haut placés. Les dirigeants de l'UCI, garantes de propreté du cyclisme, l'ont donc couverts, analyse l'avocat, et par conséquent, sont responsables des préjudices subies par toutes les personnes qui investissent dans le cyclisme". 

L'avocat de Skins : "Les dirigeants de l'UCI ont couvert Lance Armstrong" Par Olivier Poujade (00:01:51)

Lecture
 
Partager

Vers la démission du président de l'UCI

Même si le coureur texan n'a jamais été sous contrat avec la marque australienne, celle-ci réclame donc réparation à la Fédération internationale pour avoir écorné l'image du cyclisme... et de sa propre marque. Une somme en cours d'évaluation qui approcherait les deux millions de dollars, soit environ 1,5 million d'euros. Une conciliation est en cours. Mais le président de Skins veut aller encore plus loin et demande mardi, dans le quotidien allemand Süddeutche Zeitung, la démission du président de l'UCI, Pat McQuaid : "Il ne fait aucun doute que l'on ne peut changer de culture sans se débarrasser des gens qui l'ont créée". 

L'UCI pourtant tente de dissiper le soupçon qui pèse sur son intégrité, en multipliant les initiatives contre le dopage. Après avoir suspendu Lance Armstrong à vie en octobre, elle a lancé une grande consultation sur le dopage et l'avenir du cyclisme début novembre.  

Par Cécile Quéguiner
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de cc0031
L'équipementier, ou est la responsabilité? Il a perdu son pognons! Il faut s'entourer de personnes compétente Cela n'est pas le cas c'est sont problème. Ce n'est pas à la justice, de répondre. Si non mettons dans la balance tout ce que le sponsor a gagné avant. Armstrong, c'est fini. Lui aussi d’ailleurs.
Avatar de cc0031
On s'en fou. Le cyclisme est une organisation de gens dopés. La PUB du cyclisme, c'est approuver la drogue pour nos jeunes. L'argent, l'argent et l'argent, il n'y a que ce la qui compte. Malheureusement j'ai honte, mais je n'ai aucune compassion pour le cancer des cyclistes. Vive Polidor.
aller directement au contenu