aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Plus de place pour les vélos

le Mercredi 18 Septembre 2013 à 13:15
  • 8 commentaires
  • Pas encore de votes

Dans les déplacements urbains français on compte 2% à 3% de cyclistes, mais le nombre d'usagers progresse. Nombreux sont ceux qui se plaignent des cyclistes et de leur manque de respect des règles de circulation. Le point avec Dominique Lebrun coordonnateur interministériel pour le développement de l'usage du vélo.

Les cyclistes réclament un meilleur partage de la route © Radio France - Sylvie Johnsson

Une étude récente montre que trois Français sur dix se disent près à faire du vélo dans les années qui viennent. "Le vélo a de très nombreux atouts qu'il faut expliquer à nos concitoyens et de ce point de vue là, les collectivités territoriales et les associations font beaucoup", explique Dominique Lebrun.

Piétons ou automobilistes, beaucoup pointent du doigt le comportement des cyclistes. Mais pour Dominique Lebrun cela s'explique par le fait que la ville a été faite pour les voitures. "Il y a nécessité de partager la voirie et améliorer les conditions de circulation des cyclistes. Si on veut qu'ils respectent un peu plus les règles, il faut leur donner les moyens de se déplacer."

En cas d'infraction, "les vélos doivent être verbalisés comme les voitures", estime Dominique Lebrun.

Le club des villes et territoires cyclables

8
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Besnard Liliane (anonyme),
Bonjour, Tout à fait d'accord avec Jacques LENZ. La vie en commun dans la circulation est une question de compétence et de savoir-vivre. Il y a des imbéciles partout, et quant à ce partage de la voie publique, il faut aussi que les responsables prennent modèle sur ce qui est bien et non sur du n'importe quoi. Tout le monde ne s'en portera que mieux. Pour les cyclistes : personne ne vous empêche de mettre vos "flèches" avec votre bras. Rouler sur le trottoir : non. Désolée, mais ils sont faits pour les piétons. Si on a peur avec son vélo, et bien on va à pieds !! Je vous mets un site www.weelin.com Allez le voir : entreprise française en Bretagne, qui essaie de faire partager ses idées sur le vélo et sa mobilité et sa place dans l'habitat. Afin qu'il n'y ait aucune confusion et que ce soit clair : aucun intérêt financier, juste que ce vélo, j'ai essayé le prototype, il y a une quinzaine, et si je le trouvais nul, je n'en parlerais pas. Oui, le vélo, c'est tout de même une autre façon de vivre, même dans les grandes villes. Cordialement à tous et merci France Info
Avatar de anonyme
Jacques Lenz (anonyme),
Je fais beaucoup de vélo , aussi bien sur route ( loisir ) qu'en ville (professionnel ). J'ai assez peu de problèmes avec les automobilistes qui sont rarement des mufles et souvent très courtois . Il me semble que les problèmes viennent du fait que l'automobiliste ne comprend pas le comportement du cycliste surtout s'il ne roule jamais en vélo... Même réflexion pour de nombreuses pistes cyclables dont certaines sont mêmes dangereuses car conçues par des personnes qui n'ont probablement jamais circulé en vélo . Un grand regret : j'ai souvent l'occasion de circuler en Allemagne , et je constate que la plupart des localités sont reliées entre elles par des pistes pour vélos et piétons , qui existent même le long de nombreuses routes nationales ; dans ces conditions , il est facile de se rendre à son travail en vélo , d'aller à une localité proche faire ses courses en vélo , etc . Trouvez-vous à l'entrée des usines AIRBUS à Hambourg le matin à l'heure de l'embauche , vous serez étonné par le nombre d'ouvriers et d'employés qui viennent en vélo . Au moins la moitié , même en hiver .
Avatar de anonyme
Cyclisteenville (anonyme) @ Jacques Lenz (anonyme),
J'aime bien ces automobilistes (ne circulant JAMAIS à vélo) qui ne cesse de rouspéter contre les cyclistes... - On roule sur les trottoirs. Pourquoi? Car sur la route, nous avons droit au civisme des automobilistes français qui n'hésitent plus à klaxonner, quand ils ne forcent pas le passage pour doubler, nous envoyant dans le caniveau ou contre les voitures en stationnement. - On grille les feux rouges? Pourquoi? Déjà, il n'est pas très agréable de respirer les gaz d'échappement, à l'arrêt, et pire au redémarrage avec les accélérations nerveuses, comme si c'était le départ d'une course de F1. Sans parler qu'un cycliste doit "pousser sur les pédales", lui, alors rebelote, on le frôle pour passer coûte que coûte. Donc, au final, il est plus sécurisant de brûler le feu, en faisant attention (quitte à descendre du vélo et passer à pied). Je pourrais aborder aussi les priorités à droite ou les cédez-le-passage très peu respectés par les automobilistes quand cela implique un cycliste, avec le syndrome du "J'ai le temps de passer, c'est un vélo" ou bien "Houla, je ne vais pas m'arrêter pour un vélo". 2 à 3% de cyclistes en France, et on trouve encore le moyen de dire que ce sont eux qui mettent la pagaille sur le route. Sidérant et bien français. PS: j'habite une ville de 150.000 habitants. En grande majorité, les pistes cyclables se trouvent: - Dans les couloirs de bus (qu'on nous a gracieusement autorisé à emprunter) - Sur les trottoirs (si), en traçant quelques lignes et icônes routières.
Avatar de anonyme
" Si on veut que les velos respectent un peu plus les règles " Pour ça, ils faut faire des pistes cyclables dignes de ce nom séparées du trafic automobile et il faut meme carrement bannir les automobiles des centres villes.Les velos ne sont pas les geneurs, ce sont les voitures.
aller directement au contenu