aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Nuit de violences à Amiens : seize policiers blessés

le Mardi 14 Août 2012 à 06:03 mis à jour à 09:45
Par Cécile Mimaut

Des violences ont à nouveau éclaté cette nuit à Amiens, dans la Somme. Un école maternelle ainsi qu'une salle communale ont notamment été incendiées. Ces incidents ont fait des blessés, dont seize policiers.

Amiens semblait avoir retrouvé son calme ce matin après une nuit d'affrontements entre des jeunes des quartiers nord et CRS. Trois heures d'échauffourées au cours desquelles des policiers ont été blessés  par des tirs de chevrotine et de mortier de
feux d'artifice et des jets de projectiles. Des automobilistes ont également été agressés  lors de "car-jacking".

 Le maire d'Amiens, le socialiste Gilles Demailly parle d'une "scène de désolation", avec "partout des poubelles et des voitures brûlées". Il évoque des bâtiments publics touchés "pour la première fois", dont une école maternelle en partie incendiée et complètement saccagée et un centre sportif entièrement détruit :

"Il y a ici des incidents réguliers, mais cela fait des années que je n'ai pas connu une nuit aussi violente avec autant de dégradations."

Le week-end dernier, des heurts entre des policiers et une soixantaine de jeunes avaient déjà fortement secoué cette partie de la ville.

Amiens-Nord est classé parmi les 15 quartiers les plus difficiles en France, d'où son classement en "zone de sécurité prioritaire". Ce dispositif de sécurité renforcée prévoit notamment d'avantage de policiers, sans doute à partir de septembre, mais sans qu'on sache exactement combien pour l'instant. Il devrait aussi

Les ZSP sont une des promesses de campagne de François Hollande. Il s'agit de cibler des territoires "caractérisés par une délinquance enracinée et  de fortes attentes de la population", avait indiqué le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, au mois de juin.

Nuit de violences à Amiens-Nord : le bilan est lourd - Les précisions de Léo Chapuis  

Lecture
 
Partager
Par Cécile Mimaut
18
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Ben oui mon gars (anonyme),
Les hommes politiques ne feront sûrement pas grand chose car sans réels pouvoirs ni réelles idées pour redresser notre économie souffreteuse et ceux qui ont de réels pouvoirs - les dirigeants des grandes industries - s'en contre-moquent, ils n'habitent en général pas à Amiens Nord !
Avatar de anonyme
grisdemachachal (anonyme),
je rejoins complètement les analyses de nombreuses personnes - il faudrait, une fois pour toute faire la distinction entre jeunes et voyous - A ce sujet la presse en général a une responsabilité cardinale en qualifiant systématiquement de " jeunes " et non de voyous ( ou tout autre qualificatif approprié ) tous les auteurs de délits ou d'exactions sur le seul critère de l'âge - Ainsi et très insidieusement ce qualificatif de " jeune " est devenu pour une forte partie de la population un terme péjoratif d'inquiétude mais aussi plus grave encore un motif de clivage social.
Avatar de anonyme
Les média (latin : medium au singulier, media au pluriel, je signale) doivent enfin arrêter d'appeler ces malfrats des "jeunes". C'est insulter la jeunesse dans son ensemble. Ceux qui font ces manifestations dégénérées sont des voyous et des mal élevés. Jeunes ou pas n'a rien à voir. La pauvreté non plus. La vie est difficile pour beaucoup qui ne font pas de manifestations parce qu'ils ont appris le respect des autres, la politesse et la discipline à la maison. Les parents de ces voyous ont perdu tout contrôle de leurs rejetons. Le problème commence par là et continue par les administrations successives dont la police les arrêtent et les juges les relâchent aussitôt. Evidemment que ça recommence, c'est prévisible, il n'y a pas de secret....
Avatar de anonyme
Vous n'allez pas me prendre au sérieux, mais après les JO, le Korper, le corps physique est boosté. Quand le sport n'a pas été enseigné, on se défoule comme on peut. On attaque pas les char avec une arme balnche, alors on casse l'école, le symbole de l'enseignement raté.
aller directement au contenu