aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La corrida est jugée conforme à la constitution

le Vendredi 21 Septembre 2012 à 10:01
Par Guillaume Gaven

Parce que la cruauté envers les animaux est punie par la loi, des associations anti-corrida demandaient son interdiction. Mais le Conseil constitutionnel a jugé que le critère de "tradition locale ininterrompue", inscrit dans le code pénal pour les exceptions à ces sanctions, s'appliquait parfaitement à la corrida.

La corrida en France ? Le Conseil constitutionnel n'a rien trouvé à y redire. L'association Droits des animaux et le Comité radicalement anticorrida réclamaient son abrogation, via une QPC, une question prioritaire de constitutionnalité. 

L'argumentaire était assez simple : la cruauté envers les animaux est punie par la loi. Mais l'article 7 du code pénal prévoit des dérogations locales au nom de la tradition. Les plaignants y voyaient une atteinte au principe d'égalité.

Pas du tout, a tranché le Conseil. Le critère de "tradition locale ininterrompue", incrit dans le code pénal, est "précis, objectif et rationnel", dit-il - ces exceptions s'appliquent aux régions de tradition taurine, mais aussi aux combats de coqs aux Antilles. Conclusion sans appel : "Ces pratiques traditionnelles ainsi autorisées ne portent pas atteinte à des droits constitutionnels protégés". Au législateur de changer la loi, s'il le souhaite...

Le Comité radicalement anticorrida n'a pas tardé à faire savoir sa déception. Pour son président Jean-Pierre Garrigues, "cette décision prouve que malheureusement nous ne sommes pas en démocratie mais dans une dictature tauromachique."
L'histoire ne s'arrêtera pas là : le Crac a annoncé une nouvelle procédure devant le tribunal administratif de Paris.

. © IDÉ

 

Par Guillaume Gaven

À télécharger

21
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Je me demande si les "anti." ont autant de scrupules lorsqu'il s'agit de manger un morceau de viande issu de l'abatage de masse ou d'écraser une mouche...
Avatar de anonyme
Ayant grandi à la lizière de la camargue, je ne peux pas m'opposer à ce qui a accompagné mon enfance. Les abrivados, les jours précédents une féria, les bodegas, les ferrades, les chevaux, et les toros en liberté, la communion entre les gens, les couleurs y compris le rouge, les lumières "sol y sombra", la musique, l'histoire. Tout cela constitue la corrida et ne peut en etre dissocié. Et c'est difficile pour les gens qui ont vécu ou vivent dans ce milieu de comprendre les réactions des anti. C'est mon patrimoine culturel, famiial et personnel mais je suis d'accord pour dire qu'aujourd'hui la corrida n'a plus sa place dans notre époque et qu'elle n'est certainement pas le reflet des valeurs pour lesquelles nous devrions nous battre avec plus d'energie. Le monde bouge et evolue. Le monde de la corrida doit devenir un souvenir que chacun qualifiera comme il voudra, de merveilleux à horrible. Mais un souvenir, pas une réalité en opposition avec l'evolution de l'homme. Signé : Un repenti.
Avatar de anonyme
Finalement , en résumé ...du business , Mais s'il n'y avait que là : les parieurs sur les combats d'animaux de toutes sortes : un seul motif : le pognon espéré , la morale ...boff .
Avatar de anonyme
consternant de voir que l'on peut encore prendre plaisir à voir un animal souffrir. Apparemment il y a des gens qui trouvent que c'est un beau spectacle, c'est navrant.
aller directement au contenu