aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

"Je ne comprends même pas qu'on puisse me juger et m'agresser parce que je suis homosexuel", Raphaël

le Lundi 22 Avril 2013 à 06:48
Par Rédaction de France Info

Raphaël, 24 ans, a été agressé à la sortie d'une boîte gay de Nice  

Lecture
 
Partager

Un couple d'homosexuels a été agressé samedi à Nice, on l'apprend lundi matin. Âgés d'une vingtaine d'années, les jeunes hommes auraient été frappés par trois individus, alors qu'ils sortaient d'une boîte de nuit gay. C'est la quatrième agression homophobe en France en deux semaines selon l'association LGBT.

 
Par Rédaction de France Info
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
bruno (anonyme),
Ces violences ne concernenr pas les homos, mais essentiellemnt les mecs
Avatar de anonyme
vervaet (anonyme),
Présentez la facture à Hollande, les LGBT, avant sa loi, les homos n'avaient pas ces problèmes. On est revenu 40 ans en arrière, avec les vrais mecs et les faux mecs, on est chez les fous.
Avatar de anonyme
Laurent (anonyme),
Le fait que des violences soient commises contre une personne en raison de son orientation sexuelle constitue une circonstance aggravante des violences. C'est la loi. Donc, c'est condamnable (aussi bien au plan moral que pénal). Malheureusement, je ne pense pas que ce soit un fait nouveau en France. Je crains simplement que ces faits soient davantage médiatisés en ce moment, vu le contexte actuel. Certains ont intérêt à faire des opposants au mariage pour tous des homophobes en puissance, semeurs de haine et de violence. Or, je ne pense pas que ce soit le cas. Ce n'est pas parce qu'on est opposé au mariage ET à l'adoption ouverts aux couples homosexuels qu'on hait ces couples en question. Ne faisons pas de raccourcis !
Avatar de anonyme
Patrick (anonyme) @ Laurent (anonyme),
C'est l'expression de cette homophobie qui est nouvelle. La haine et le mépris qui étaient dans des regards s'expriment maintenant verbalement et physiquement sans aucun complexe, et même avec une croyance de légitimité renforcé par certains politiciens avides de popularité. A quand le premier mort ? A n'en pas douté il sera suivi d'une silencieuse "marche blanche" pleine d'émotion et de recueillement où nous verrons ceux qui soufflent sur les braises venir verser une larme d'indignation.
aller directement au contenu