aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Avirama Golan : "Entendre le français a été comme une magie"

le Dimanche 9 Septembre 2012 à 13:40
  • Pas encore de votes

Hind Meddeb retrace aujourd'hui l'itinéraire de la journaliste, membre du comité de rédaction de Ha'aretz, l'écrivain israélienne Avirama Golan, dont le dernier livre "Espoirs d'un printemps israélien" a été traduit en français chez Galaade Editions. Parcours d'une francophile amoureuse depuis toujours de la France et de sa langue.

. © Galaade Editions

Mot de l'éditeur

"Un ouragan s'est abattu sur l'Égypte. Je l'observe avec émotion, douleur et inquiétude. Émotion, quand des milliers de jeunes mettent leur vie en danger. Douleur, quand un vieux citoyen embrasse la terre de la place Tahrir. Inquiétude devant un avenir plongé dans le brouillard.

L'Égypte est un grand pays. La secousse que vit son peuple fier ressemble à ce qui s'est passé en Tunisie et à ce qui commence à se dessiner ailleurs, même si les choses sont très différentes. En tant que femme du Proche-Orient, j'ai appris à accueillir avec respect et patience le cri du cœur de citoyens dans la détresse et j'ai compris qu'il est impossible de déchiffrer des processus pris dans l'œil du cyclone.

Les réactions hâtives de l'Occident trahissent une incompréhension flagrante. Mais les plus révoltants de tous sont notre Premier ministre et le ministre de la Défense. Dans un processus qui entraîne Israël vers un enfermement dangereux, les deux parties exploitent le moindre événement pour éviter obstinément une paix israélo-palestinienne sans laquelle il est impossible d'envisager une normalisation des relations avec les pays arabes.

Nous autres, citoyens d'Israël juifs et arabes, nous vivons dans une démocratie, mais elle est fragile. Le Proche-Orient est une région complexe. Je crois que ceux qui sont revenus sur cette terre doivent apprendre le langage de la force, mais aussi celui de l'humilité.

Ces jours-ci, devant la stupidité arrogante de nos dirigeants, je pense au vieillard du Caire. Comme lui, j'ai envie d'embrasser le sol de mon pays et de pleurer. Et dans le même temps, je refuse de perdre espoir."

Avirama Golan

aller directement au contenu