aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

70 ans après, les jeunes ignorent ce qu'est la rafle du Vel d'Hiv

le Lundi 16 Juillet 2012 à 07:05 mis à jour à 10:35
Par Clara Beaudoux

Les 16 et 17 juillet 1942, 8.160 Juifs étrangers étaient raflés à Paris et enfermés au Vélodrome d'hiver, avant d'être déportés. Les commémorations des 70 ans de la rafle du Vel d'Hiv démarrent lundi à 11h. Mais selon un sondage CSA, une majorité (57 à 67%) des moins de 35 ans ne sait pas de quoi il s'agit.

Un sondage bien inquiétant pour la mémoire collective. 67% des 15-17 ans, 60% des 18-24 ans, et 57% des 25-34 ans répondent "non" à la question : "Avez-vous déjà entendu parler de la rafle du Vel d'Hiv?", selon ce sondage CSA. Mais 25% des plus de 65 ans n'en ont pas non plus entendu parler, pour une moyenne tous âges confondus de 42%.

Il s'agit pourtant de la plus grande rafle de Juifs en France sous l'Occupation. Les 16 et 17 juillet 1942, 13.152 Juifs étrangers étaient arrêtés par la police parisienne, 8.160 étaient enfermés au Vélodrome d'hiver, un stade près de la Seine (XVème arrondissement). Retenus dans des conditions inhumaines, entassés sur les gradins du stade, la majorité a ensuite été déporté. Parmi ceux du "Vel d'Hiv", moins d'une centaine - aucun enfant - survécurent.

Commémorations dès lundi 11 heures à Drancy

Les commémorations débutent lundi à 11 heures à la cité de la Muette devant l'ancien camp d'internement où furent déportés vers les camps d'extermination des milliers de Juifs, notamment ceux du Vel d'Hiv. En parallèle, une cérémonie est prévue à Jérusalem au mémorial de Yad Vashem. Puis la commémoration se poursuivra dimanche 22 juillet à Paris, sur les lieux de l'ancien Vélodrome d'Hiver, détruit en 1959, en présence du président de la République François Hollande.

Hasard du calendrier, dimanche le criminel nazi le plus recherché au monde a été retrouvé.

Des 8.160 personnes enfermées au Vel d'Hiv, ne reste que 40 survivants, dont 8 habitent en Israël. A Jérusalem, Grégory Philipps  

Lecture
 
Partager

Exposition à la mairie du 3e à Paris avec des archives inédites de la police, reportage Justine Leclercq  

Lecture
 
Partager
Par Clara Beaudoux
7
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Lottie (anonyme),
J'ai 29 ans et j'avais plus ou moins entendu parler de cet événement, mais certainement pas à l'école. Cela fait parti des nombreux "oublis" du programme scolaire d'Histoire, qui zappe ou bâcle systématiquement les passages peu glorieux pour la France, surtout si c'est récent. Quelle hypocrisie de la part des anciennes générations de s'étonner, ou pire de s'indigner, de l'ignorance des jeunes qu'elles ont elles-mêmes orchestrée en refusant d'assumer l'Histoire !
Avatar de anonyme
D'un côté l'inculture béante et consternante des nouvelles générations... de l'autre, les éternelles commémorations et le sempiternel devoir de mémoire...
Avatar de anonyme
SCAGLIA-PIERRE (anonyme),
Je suis très étonnée par le résultat du sondage que vous nous communiquez sur LA RAFLE DU VEL D'HIV. Pour ma part je pense que la transmission de la mémoire se fait en tout premier lieu en famille; je ne tire aucune gloire de "savoir", mon père était résistant. En revanche c'est très tôt que j'ai informé ma fille sur les abominations commises pendant la seconde guerre mondiale, et la transmission s'est effectuée normalement sur les petits enfants. Assumons notre histoire, les pages glorieuses, comme les comportements infâmes qu'elle a suscité.
Avatar de anonyme
Christophe (anonyme),
A force de servir des émissions de TV débiles aux gens (TV réalité, jeux idiots, vie de la JetSet, etc) au lieu de les aider à se cultiver, on en oublie tout, même les choses les plus marquantes. Georges Santayana disait " Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter." . On en est là. Bravo.
aller directement au contenu