aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Marisol Touraine dit-elle vrai sur les dépassements d'honoraires médicaux ?

le Vendredi 12 Octobre 2012 à 05:50
  • 18 commentaires
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 2.7 (3 votes)

La ministre de la Santé affirme que l'on assiste depuis des années à une "dérive" des dépassements d'honoraires des médecins. Vrai ou faux ? Réponse ici.

Vrai  

Chez les médecins spécialistes, le taux de dépassement a été multiplié par 2,5 entre 1985 et 2011. (Chiffres de la Caisse nationale d'assurance maladie)
En 1985, cinq ans après la création du Secteur 2 (honoraires libres), le dépassement d'honoraire moyen était de 23% par rapport au tarif opposable (tarif de la Sécurité sociale). En 1995, l'écart passe à 29%. En 2000, 37%. En 2005, 49% et en 2011, il atteint 56%. 

Grosses disparités

Dans la catégorie des spécialistes, le taux de dépassement moyen le plus élevé se trouve chez les gynécologues chirurgicaux et obstétriciens (83% plus chers que le tarif de la Sécurité sociale). Les pédiatres, 63%. Les ophtalmologistes, 60%.  
Ce ne sont là que des moyennes car les dépassements peuvent atteindre des sommets dans les grandes villes, notamment Paris (150%). En revanche, en dehors des grandes villes, les dépassements sont beaucoup moins répandus (25% en moyenne en zone rurale).

Secteur 2, spécificité française   

42% des spécialistes sont aujourd'hui en secteur 2 et environ 10% des généralistes. Le secteur 2 a été créé sous le gouvernement Barre en 1980 pour que les médecins puissent gagner plus sans creuser le trou de la Sécu. D'après de code la santé publique, il est stipulé que le dépassement d'honoraires se pratique "dans le respect du tact et de la mesure".
Le secteur 2 est une spécificité française. Cela veut-il dire que les médecins français gagnent plus que leurs collègues étrangers ?

Français moins payés que les Britanniques, notamment...

Et bien non. Jean de Kervasdoué, professeur aux Conservatoire national des arts et métiers, spécialiste des questions de santé, affirme que les médecins français gagnent "60% de moins que les médecins anglais, deux fois moins que les médecins allemands, 2,5 moins que les néerlandais et 3 fois moins que les médecins américains". Jean de Kervasdoué ajoute que "les médecins s'installent tard. 34 ans pour les généralistes et 38 ans pour les spécialistes ; ils vont avoir une vie professionnelle libérale relativement courte".

Revenus moyens en 2008

D'après la DRESS (les statistiques du ministère de la Santé), la moyenne des revenus annuels déclarés par les médecins libéraux français était de 97.400 euros en 2008. 121.300 pour les spécialistes. 76.600 pour les généralistes. Les radiologues sont ceux qui ont déclaré le plus en 2008 : 173.900 annuels. 

18
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Beaucoup de commentaires, beaucoup d'ignorance... vous n'entendez pas les étudiants en médecine car ils ont le nez dans le guidon... seul fac considérée comme une grande école sans en avoir le statut. 2 concours, un à l'entrée, l'autre à la sortie, des etudes assumées financièrement par les parents dans la totalité. Des années de vie consacrées à ces études tant la charge de travail est lourde. Un interne fait en moyenne 80h/semaine, 4 gardes/mois, généralement pas de repos de garde, le tout payé 1700euros/mois... Les externes payés entre 100 et 200euros/mois passe toutes leurs matinées à l'hopital, mains d'oeuvres bon marché pour le boulot de secrétariat (pour rappel les stages etudiants dans le secteur privé sont rémunérés à hauteur de 300euros/mois...), et font des gardes aux urgences (vous savez ceux qui dans les CHU vous font les points, vous envoient à la radio et qui par conséquent accélère votre prise en charge... qui malgré ça reste longue!) rémunérées 20h les 24h... Alors oui les étudiants en médécine ont déjà le sentiment d'être exploité par le système, la société... Triste sentiment quand le but de cette profession n'est autre que d'aider son prochain... La lecture de vos commentaires renforcent ce sentiment. D'autant plus qu'aucun d'entre vous ne réalise la difficulté de ces études, la difficulté de ce métier, et jalouse une pseudo condition sociale que vous n'avez pas atteinte... Pour infos, un Professeur des universités gagne 7500euros net en moyenne, quand un pilote de ligne chevroné gagne 15000euros... Pensez vous que le professeur vole sa rémunération? Ses années de sacrifice ne doivent pas être récompensées? alors certes comme l'a montré france 2 il y a quelques jours, certains médecins abusent. Des sanctions doivent être prises envers ceux ci. Si notre société continue de renier les gens qui se décarcassent pour réussir, d'ici peu notre magnifique pays ne sera plus que l'ombre de lui même...
Avatar de anonyme
Lynehes (anonyme),
Je suis étudiante en 6iéme année (la 7iémé à vrai dire), depuis 3 ans je ne peux plus avoir de petits boulots, ni le soir ni l'été comme les autres étudiants, parce que je suis 'salariée de l'hopital' auquel je donne 5 heure par jour 5 jour par semaine voire 6 par semaine et parfois des gardes de 24h payées 20 euros! Certes je suis étudiante et ne suis censée qu'apprendre, mais enlevez seulement les externes des urgences et l'hôpital tournerait beaucoup plus lentement... oserais-je parler des internes (étudiants, 80 heures par semaien, sans qui l'hôpital public ne fonctionnerait qu'à moitié!) ... Ah oui et mes frais de scolarité de bouffes (pâte++++) de fringues, d'apart, les innombrables livres, les ecoles préparatoires annexes, transport, des rares sorties, c'est mes parents qui me les payent 10000/an.... ça fait 7 ans... tous les autres ont un boulot, et une autonomie! ah oui on gueule pas pour l'argent? on fait des burn out? venez une année en medecine, parce qu'après nos 5 heures quotidiennes de stages... s'enchaînent 8h de boulot quotidiennes partagées entre cours, option, boulot personnel, pour nous (re)préparer à un concours en 6ième année, inégal soit dit en passant, pour qu'on puisse partir là où il nous restera des places pour faire ce qui nous restera comme choix de spécialité (donc 6 ans d'études pour beaucoup de deception parfois)... et non on est pas 'muté' parce que tous les avantages des fonctionnaires derrière on les a pas! et c'est quand même pour minimum trois an. on se démerde parce qu'au départ quand même on aime notre métier. alors tu nous entends pas, parce qu'on a autre chose à foutre que faire de la masturbation intellectuelle sur les forums de france info. Voila ma vie commencera après 9 ans d'études si je fais généraliste ou 11 ans si je suis spécialiste ... donc à 30 ans... (après un investissement de 100000 euros par mes parents (qui du coup n'ont pas trop de vie non plus, puisque j'ai 2 soeurs qui font aussi des etudes) ah non parce que j'ai redoublé une, deux trois fois parce que dans ces études ben tu trimes comme un porc pour valider tes années, dans une ambiance professorale élitiste... ah et oui et après être spécialisé faudra bosser pour faire un clinicat et 'mériter' sa place pour pouvoir exercer dans un établissement hospitalier, préparer le concours du praticien hospitalier, et encore un pour être professeur pour les meilleurs d'entre nous... Alors svp, on arrête de dire que les études de médecine (ou tout autre métier aux etudes aussi longues) c'est gratuit, au niveau pécunier mes parents vous diront le reste et au niveau moral, c'est un autre débat... c'est un sacrifice humain social pécunier et de sa santé! Mais par contre, si jamais vous voulez faire ce sacrifice la, pour la joie et le bonheur d'aider les autres (ce qui est quand m^me la base de la motivation de chacun), je t'inivite fortement à le faire (il parrait qu'on manque de médecin) et puis on en rediscute quand t'aura fini dans 10 ans...
Avatar de anonyme
Vrai ou faux? C'est simple je dirais que si ça sent les égouts c'est que c'est vrai, si ça sent la rose c'est que c'est faux. Vu que les français sont très accros aux toubib et sont donc au courant c'est l'un des domaines où on peut pas les prendre pour des imbéciles... je dirais même qu'ils en savent plus que les politiques.
Avatar de anonyme
Ce ne sont pas les "dépassements" qui ont augmenté... mais les honoraires des médecins, enfin pour ceux qui ont le droit de maintenir leur niveau de vie en les augmentant. En revanche, depuis des années le remboursement lui n'augmente pas... Pour les médecins qui n'ont pas le droit de répercuter l'augmentation du cout de la vie et celle -considérable- de leur charges, la seule solution consiste à augmenter le nombre d'actes ou de consultation, donc, pour ne pas augmenter encore leur temps de travail, à réduire leur temps consacré à chaque patient.... Pensez-vous que cela soit un gage de qualité des soins ?
aller directement au contenu