aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Les milliards des actes médicaux inutiles, l'Epad épinglé

le Mercredi 4 Juillet 2012 à 07:22
  • 1 commentaire
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 5 (1 vote)

1 acte médical sur quatre est inutile avec à la clef une facture de plusieurs milliards d'euros. Egalement au sommaire, l'Epad épinglé par la Cour des comptes et les Français privés de leurs quotidiens par une nouvelle grève demain.

Presse © Radio France - Jean-Christophe Martin


Avec d'abord un chiffre qui peut paraître étonnant...

Il y a beaucoup trop d'actes médicaux qui ne servent à rien, ce que savent bien les médecins... Selon un sondage de Fédération hospitalière de France dévoilé dans le Figaro, 1 acte sur 4 est inutile, qu'il s'agisse d'analyses biologiques, de radios, de certaines césariennes, ou de certains tests de dépistage. Un gaspillage qui coûte cher : la facture s'élève à plusieurs milliards d'euros.

Deux principales raisons : les médecins reconnaissent qu'ils cèdent à la pression des patients exigeant tel ou tel examen, mais il y a aussi un autre facteur : la peur des poursuites devant les tribunaux. Parmi les solutions évoquées, une liste de référence des examens nécessaires dans telle ou telle pathologie, les autres ne seraient plus remboursés et leur absence ne pourrait plus être reprochée à un médecin poursuivi en justice.

A la clé, il y a donc des milliards d'euros d'économie pour la Sécu, des économies à portée de main, mais comme le souligne Olivier Auguste dans le Figaro, il faudra changer les habitudes des médecins comme des patients, et changer les habitudes, ça prend du temps.

A propos de chasse au gaspi, l'Epad se fait à nouveau épinglé...

L'Epad, c'est l'Etablissement public d'aménagement de la défense... Le Canard Enchaîné dévoile un rapport secret de l'Inspection des finances sur ce que le Canard appelle les "dépenses insensées" de cet Etablissement public. Fin août 2010, le directeur général emmène par exemple tout son état-major à Venise pour la Biennale d'architecture. Coût de l'opération : 260 000 euros. Parmi les invités de l'Epad, le contrôleur financier dont la mission est justement de faire la chasse au gaspi.

Un autre exemple avec une facture de 800 000 euros pour participer au Salon international de l'immobilier à Cannes, avec hébergement dans des palaces. Et selon le Canard, au total, et malgré ces temps de crise, les frais de réception, de mission et de déplacement ont plus que doublé depuis la nomination du nouveau directeur général.

L'Express en rajoute une couche toujours sur l'Epad mais avec des déplacements de Patrick Devedjian, président du Conseil général des Hauts-de-Seine

Et surtout de sa directrice de cabinet, des déplacements qui intriguent la Cour des comptes. Un voyage en particulier en 2009 à Abou Dhabi pour assister à un forum sur le thème de la ville durable.

Patrick Devedjian s'y rend en tant que président de l'Epad, que revoilà. Ce qui titille la cour des comptes, c'est qu'il est accompagné de Marie-Célie Guillaume, sa directrice de cabinet au Conseil général, qui n'est pourtant pas membre de la structure de l'Epad, d'où l'étonnement de la Cour des comptes, car c'est quand même l'Epad qui va régler les billets d'avion en première et l'hébergement dans un palais de marbre rose. Pourquoi l'Epad a-t-il payé pour la directrice de cabinet, la Cour des comptes demande des explications.

L'Express rappelle au passage que Marie-Célie Guillaume est justement l'auteur d'un livre-réquisitoire sur le fief sarkozyste des Hauts-de-Seine, un livre qui dresse un portrait plus que flatteur de Patrick Devedjian. Quant à Patrick Devedjian, l'Express le ramène à l'une de ses propres déclarations : "le peuple attend de ses élus rigueur, sobriété et transparence".

Et puis les Français devront se passer de leurs quotidiens demain...

Explications dans Libération et dans le Figaro : la CGT du Livre va bloquer une fois de plus la parution des quotidiens nationaux, régionaux et départementaux. Le syndicat compare le secteur à un "vaste champ de licenciements" et veut mobiliser ses troupes avant une série d'échéances cruciales dans le secteur de la presse, touché à la fois par des menaces sur certains titres, notamment dans le groupe Hersant, et par la crise gravissime qui touche la distribution de la presse en France, un système au bord de l'effondrement.

Cet appel de la CGT du Livre à "une journée sans presse" est vécu comme une "prise en otage" du côté du Syndicat de la presse quotidienne nationale, son homologue de la presse régionale dénonce "une attitude destructrice qui ne règlera rien et affaiblira encore un peu plus les journaux".

Résultat donc pas de quotidiens demain en France, ce qui sera ressenti comme une punition par les journaux, les lecteurs, et aussi les maisons de la presse et les kiosquiers qui seront aussi comme à chaque fois parmi les plus durement touchés par cette grève. Pour la plupart des journaux, il restera Internet et les tablettes numériques : le Figaro et Libération par exemple mettront en ligne gratuitement leur édition de demain.

La presse à la Une

La presse à la Une du 04/07/12 avec Eric Méri de Nice-matin  
 

Lecture
 
Partager

Rendez-vous avec la rédaction de Nice-matin. A la Une : "Le cannabis toléré sur la Côte d'Azur ?", il y un point d'interrogation, mais pour Nice-matin aucun doute, les consommateurs de shit ne sont plus inquiétés. La loi n'a pourtant pas changé : un simple pétard peut en théorie coûter un an d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende.
Explications avec Eric Méri de Nice-matin.


 

 

 

 

1
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
les actes médicaux inutiles ? mon épouse va chez le dentiste pour soigner une dent. le dentiste lui pose un pansement et la fait revenir pour finir : résultat 2 visites au lieu d'une ! (notre ancien dentiste soignait la dent en une fois) nous changeons de dentiste évidemment.
aller directement au contenu