aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Premier décès d'une femme victime des prothèses mammaires PIP

le Jeudi 24 Novembre 2011 à 05:55
Par Cécile Quéguiner

"On a des femmes qui ont du silicone partout", Alexandra Blachère, association des porteuses de prothèses mammaires PIP  (01'00'')

Lecture
 
Partager

Ces implants défectueux fabriqués dans le Var ont été retirés du marché en 2010. Mais 30 à 40.000 femmes en France en portent toujours, au risque de graves complications. 1.400 plaintes ont déjà été déposées.

C'est en mars 2010 que le pôle santé du parquet de Marseille a ouvert un enquête préliminaire, alors que les prothèses mammaires Poly Implant Prothèse étaient retirées préventivement du marché par l'Afssaps, l'Agence des produits de santé. Une association des Porteuses de Prothèses PIP s'était alors créée. C'est elle qui a annoncé hier par communiqué le décès d'Edwige, ancienne porteuse de ces implants.

Gel non-conforme... et parfois périmé

Selon les premières investigations menées chez son fabricant varois, ces implants PIP ont la particularité de se rompre deux fois plus fréquemment que les autres. Et le gel de silicone qui s'en écoule serait destiné non pas à un usage médical mais industriel. De surcroît, selon Alexandra Blachère, la présidente de l'association PPP, l'étiquetage du gel était modifié par les commerciaux, quand il atteignait sa date de péremption. Un gel considéré comme irritant, mais dans le cas présent, il pourrait avoir causé la mort, en provoquant un lymphome chez la patiente.

You do not have access to view this Atom.

Les implants mammaires sont censés avoir une durée de vie de 10 ans © Reuters Jorge Silva

Depuis sa mise en cause, l'entreprise PIP est en liquidation judiciaire, et son patron soupçonné de fraude. Et l'affaire est loin d'être close. On estime que 30 à 40.000 femmes en France portent de ces implants suspects. Seize des 18 centres anticancéreux français les utilisaient. Enfin, 90% de la production de cette société était exportée essentiellement vers l'Angleterre et l'Espagne.

La présidente de l'association des Porteuses de ces prothèses doit être reçue le 14 décembre prochain au ministère de la Santé. Aujourd'hui, l'Etat rembourse les frais de retrait de ces implants. Mais elle réclame davantage, à savoir la couverture des opérations de reconstruction.

Par Cécile Quéguiner
4
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
j' ai eu un implant mammaire pour reconstruction en 1994, je me demande si je peut etre concernée par le gel PIP. Merci de répondre.
Avatar de anonyme
ENIGERB (anonyme),
et je viens d'apprendre que les opérations pour changer les prothèses PIP sont prises en charge par la sécurité sociale (chirurgien sur BFM). On marche sur la tête. une entreprise privée livre du mauvais matériel. Des clientes (privées) se les font implanter sans savoir, et il n'y a aucune assurance (medecin ou fabricant) qui prend ça en charge, autre que la collectivité publique ! et celles qui ont fait le choix de garder leurs seins ou qui n'ont pas pu se le payer paient pour celles qui l'ont fait ! c'est le rôle de la sécu (déficitaire) ça ???
Avatar de anonyme
patricia (anonyme) @ ENIGERB (anonyme),
lisez mieux: seul le retrait de ces prothèses est pris en charge, pas leur remplacement. D'autre part, quand on vous précise que 16 des 18 centres anticancéreux sont concernés par l'usage de ces prothèses, on est plus tout à fait dans les mêmes cas de figures.
Avatar de anonyme
Couverture des frais de reconstruction....et puis quoi encore ?? les implants ont été un choix personnel et purement esthétique. Certes, ce problème est grave et regrettable...mais ce n'est pas a a société que prendre en charge une reconstruction pour les risques inconsidérés de quelques unes qui ont voulu avoir des gros lolos....en plastiques.
Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni transmise à des tiers
Votre commentaire ...
Type the characters you see in this picture. (vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lires, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Ne vérifie pas la casse.
aller directement au contenu