aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

2011 YU55 : un gros astéroïde va frôler la Terre

le Samedi 5 Novembre 2011 à 15:54
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4.9 (15 votes)

Encore ? Oui, encore... Il ne passe plus un mois sans que les gazettes annoncent qu'un « astéroïde va frôler la Terre ». La dernière fois ? C'était le 26 octobre, avec le passage de l'astéroïde 2011 UC190 à moins de 700 000 kilomètres.

L'Asteroide 2005 YU55 FI © Radio France

Mais cette fois-ci, ce 8 novembre au soir, c'est du sérieux. Car l'astéroïde 2011 YU55, par rapport aux petits cailloux qui nous passent généralement au dessus de la tête, est énorme... Cet objet, découvert en 2005 et qui fonce actuellement vers la Terre, mesure en effet 400 mètres de diamètre et pèse plus de cinquante millions de tonnes ! Pas de panique, toutefois : la trajectoire de 2005 YU55 est connue précisément, l'astéroïde va passer à 324 000 kilomètres de la surface terrestre, à minuit et demie.

Pas de risque de collision, donc, de 2005 YU55 avec la Terre. Mais pour les planétologues, c'est une aubaine, l'occasion d'observer en détail un astre presque aussi bien que si on lui avait dépêché une sonde spatiale.

Avec leurs télescopes, les astronomes étudieront surtout ses caractéristiques physico-chimiques, mais pas question d'obtenir une belle photographie de l'astéroïde : un objet de 400 mètres, vu à 324 000 kilomètres, c'est minuscule, même pour Hubble. En chiffres ronds, 2005 YU55 mesurera, au plus près de la Terre, 0,2 seconde d'arc, ce qui représente seulement quelques pixels d'une caméra de Hubble ou du Very Large Telescope européen. Alors, pour en savoir plus, les astronomes vont employer les grands moyens : le radiotélescope d'Arecibo, à Porto Rico. Cette antenne de 300 mètres de diamètre sera utilisée comme un radar. Elle émettra un puissant rayonnement radio vers 2005 YU55 et l'écho de ce rayonnement sera ensuite réceptionné par l'antenne de 70 mètres du Deep Space Network, à Goldstone, en Californie, avant d'être analysé par les spécialistes.

L'objectif visé par les astronomes est ambitieux, puisqu'il s'agit de cartographier l'astéroïde avec une précision d'une dizaine de mètres !



Reste que 2005 YU55 appartient à la liste, qui s'allonge de jour en jour, des « PHA » (Potentially Hazardous Asteroid) c'est à dire des astéroïdes potentiellement dangereux pour la Terre : ils s'approchent à moins de huit millions de kilomètres de l'orbite terrestre et mesurent plus d'une centaine de mètres. Les spécialistes de mécanique céleste savent déjà que, dans le siècle qui vient, l'astéroïde 2005 YU55 n'entrera pas en collision avec la Terre. Ensuite, on ne sait pas. Les perturbations gravitationnelles provoquées par les astres qu'il rencontrera (il passera à 280 000 kilomètres de Vénus en 2029, par exemple) rendent son avenir imprédictible.

La surveillance des astéroïdes a fait des progrès inouïs ces dernières années. Aujourd'hui, plus de 570 000 astéroïdes sont connus dans le système solaire, et parmi eux, plus de 8000 géocroiseurs, c'est à dire des objets, qui, comme leur nom l'indique, coupent l'orbite terrestre... Enfin, parmi ces derniers objets, plus de 1200 astéroïdes sont des PHA, parmi lesquels Apophis, qui passera à moins de 40 000 kilomètres de la surface terrestre en avril 2029...

Cependant, pour nous rassurer, la Nasa vient de publier une étude basée sur les observations de son satellite infrarouge, Wise (Wide field Infrared Survey Explorer), qui a suivi près de cent mille astéroïdes : d'après les chercheurs américains, le recensement des astéroïdes proches de la Terre est en très bonne voie... Près de 90 % de ces objets, pour ceux dont la taille dépasse 500 mètres, seraient déjà répertoriés. Pour les objets plus petits, plus difficiles à détecter, bien sûr, la statistique est moins bonne : on connaîtrait, toujours d'après la Nasa, près de 30 % des objets de 300 à 500 mètres de diamètre. Reste les corps de moins de 300 mètres. Pour ces petits astéroïdes, dont le nombre total dépasse probablement le million, presque rien n'est connu : généralement, ils sont découverts lorsqu'ils nous passent littéralement sous le nez ! Ainsi, 2011 MD est-il passé à 12 000 kilomètres seulement en juin dernier, mais ce rocher ne mesurait que 20 mètres. 2008 TS26 est passé à 7100 km, 2004 FU162 à 6500 km, et 2011 CQ1 a seulement 5500 kilomètres. Tous ces derniers astres étaient de gros cailloux, ne mesurant que quelques mètres.

Dans l'histoire récente, un seul astre à littéralement frôlé la Terre : c'est le météore du Montana, un bloc de 15 mètres, qui, en 1972, est passé à 60 kilomètres au dessus des Etats-Unis, enflammant l'atmosphère sur son passage ! Parfois, bien sûr, ces roches sont sur une trajectoire de collision avec la Terre. Lorsqu'elles ne mesurent pas plus d'une trentaine de mètres, elles chauffent, brûlent et explosent dans l'atmosphère, et ne laissent derrière elles qu'une inoffensive pluie d'étoiles filantes.

Au final, dans l'histoire contemporaine, il n'y a eu qu'une seule collision spectaculaire avec la Terre ; c'était en juin 1908.

Personne ne sait ce qui est tombé alors dans la forêt sibérienne, rasant des centaines de kilomètres de forêt : probablement une comète, ou un astéroïde d'une cinquantaine de mètres...

Dans le quart de siècle à venir, les astronomes espèrent avoir recensé pratiquement tous les objets potentiellement dangereux pour nous. Nous avons le temps de voir venir : il doit tomber sur Terre à peu près un astéroïde d'une cinquantaine de mètres tous les deux cent cinquante ans. Quant aux objets de la taille de 2005 YU55, il en chute un tous les vingt cinq mille ans, en moyenne. De quoi laisser le temps, espérons-le, aux agences spatiales pour préparer une parade.

Serge Brunier

aller directement au contenu