aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Vel d'Hiv : Guaino et Chevènement critiquent les propos de François Hollande

le Lundi 23 Juillet 2012 à 14:56 mis à jour à 15:55
Par Clara Beaudoux

Henri Guaino se dit "scandalisé" par les propos de François Hollande, Jean-Pierre Chevènement n'est pas d'accord. Dimanche, lors du 70e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv, le président français a reconnu qu'il s'agissait d'un crime "commis par la France".

La rafle du Vel d'Hiv est "un crime commis en France par la France". Les mots prononcés par François Hollande dimanche matin, n'ont pas tardé à faire réagir. Au lendemain de cette déclaration, Henri Guaino se dit "scandalisé". "Ce qu'a dit M. Hollande (...) hier, personnellement, me scandalise, pour une raison très simple : ma France, elle n'était pas à Vichy, elle était à Londres depuis le 18 juin", a déclaré le député UMP des Yvelines Henri Guaino sur BFM-TV et RMC. 

"Ce n'est pas ma France" - Guaino

"Peut-être que M. Hollande se sent proche de la France des notables apeurés qui se sont précipités à Vichy après l'armistice. Ce n'est pas ma France" a poursuivi l'un des proches conseillers de Nicolas Sarkozy. La députée européenne et ancienne ministre de la Justice Rachida Dati a estimé de son côté qu'il ne fallait pas oublier que des Français avaient résisté.

"Comme si Pétain était la France" - Chevènement

A gauche également, Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du MRC, n'est pas d'accord. "C'est occulter les accords passés avec la gestapo par René Bousquet, alors secrétaire général de la police, agissant pour le gouvernement de Vichy. C'est faire comme si Pétain était la France et comme si le véritable coup d'Etat opéré le 10 juillet 1940 par un gouvernement de capitulation n'avait pas existé", explique-t-il sur son blog.

Dimanche le président de la République s'est inscrit dans le sillage de Jacques Chirac, qui, déjà en 1995, avait reconnu la responsabilité de l'Etat français dans la rafle des 16 et 17 juillet 1942, à l'origine de la déportation de 13.152 juifs de nationalité étrangère réfugiés en France, dont plus de 4.000 enfants.

Par Clara Beaudoux
8
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Gérardino (anonyme),
Monsieur Hollande devrait savoir que cette abomination a commencée par une crise économique majeure. Il serait bien inspiré à essyer de traiter la crise actuelle plutôt qu'à discourir. Ce sreait une contribution majeure au "plus jamais ça".
Avatar de anonyme
pierre (anonyme),
Sans ouvrir une polémique, reconnaissons quand même que la police, la gendarmerie ont été très zélés quant à l'application de la demande de M. Petain et de son gouvernement de collaboration concernant les Juifs et leur déportation. La police et la gendarmerie savait fort bien les risques encourus par c es pauvres diables. Lorsque le président Chirac a reconnu la responsabilité de l'Etat Français, il y a eu nettement moins de levers de boucliers que lorsque le président Hollande dit la même chose. Ce qui peut-être juste, reconnu par la droite, ne pourrait l'être par la gauche ? J'aimerai comprendre la nuance. Il faut quand même rendre à César .... ses croquettes non ?
Avatar de anonyme
dubion (anonyme),
Bonjour L'histoire...... J'ai découvert récemment avec étonnement en cherchant l'histoire de la première coisade, dont les hordes réalisant que la terre sainte.... c'était loin et coûteux a commençé ici à faire la même chose ....
Avatar de anonyme
Quelle mauvaise foi, à la limite du révisionnisme... Chevènement devrait raccrocher, et aucune petite sortie réac venimeuse ne peut m'étonner de la part de ce prétendu gaulliste de Guaino. Pour prendre un autre exemple que la France et la collaboration mon bon Henri, beaucoup d'Allemands ont sûrement envie de vous dire qu'Adolf Hitler n'incarnait pas LEUR Allemagne! Seulement, dans les livres d'Histoire, on dit que c'est quand même bien l'Allemagne qui mit l'Europe à feu et à sang. Pas le Swaziland.
aller directement au contenu