aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

UMP-FN : la ligne décidée à Paris battue en brèche

le Lundi 11 Juin 2012 à 21:05
Par Sylvie Johnsson

L'UMP a exclu hier tout accord avec le Front national et a demandé "formellement" à ses candidats en situation de le faire de se maintenir au second tour. Une décision contestée et même bafouée dans le sud-est. Alors que les candidats ont jusqu'à demain 18h pour déposer leurs candidatures, au moins un s'est déjà retiré au profit du FN. Et d'autres tentent de rallier ses électeurs, quitte à souhaiter la victoire de Marine Le Pen.

- La décision de l'état-major de l'UMP n'était pas encore publiée que l'UMP Roland Chassain, arrivé 3e dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, annonçait son retrait du second tour des législatives pour tenir sa "position" qui est "tous contre Michel Vauzelle."

Une décision dont s'est aussitôt félicité le secrétaire départemental adjoint du FN : "Il est bien ce Chassain, c'est un homme cohérent et courageux, qui écoute ses administrés. J'espère qu'il donnera l'exemple."  La candidate Valérie Laupies s'est déclarée convaincue de sa victoire dimanche prochain car Roland Chassain "sera suivi par les électeurs de l'UMP. Son message est suffisamment clair pour qu'ils sachent ce qu'ils ont à faire."

Une position condamnée "naturellement,  cela va de soi" par Jean-François Copé : "Elle donnera lieu à une (décision) qui reviendra au bureau politique le moment venu".

- Dans la 2e circonscription du Gard, c'est le candidat du FN Gilbert Collard qui est arrivé en tête. En 3e position,  l'UMP Etienne Mourrut s'est donné jusqu'à aujourd'hui pour prendre sa décision. Son retrait, "très probable" selon un proche, pourrait entrainer la victoire de Gilbert Collard (FN).

Un choix voire deux que Jean-François Copé relativise, puisqu'il n'y aurait que "deux cas apparemment sur 577..."

Dès dimanche, l'ex-ministre Nadine Morano avait lancé un appel aux électeurs FN qui "partagent (ses) valeurs". "Nous n'avons aucune valeur commune" avec le PS, a renchéri Christian Estrosi ce lundi.

- Dans la 1e circonscription du Tarn en Garonne, la députée sortante UMP Brigitte Barèges, devancée au premier par la socialiste Valérie Rabault, a affirmé qu'elle "serait ravie pour Marine Le Pen qu'elle soit élue à l'Assemblée nationale". Un appel du pied aux électeurs du Front national, qui sont "des électeurs comme les autres."

- Dans la  9e circonscription de Loire-Atlantique, le député sortant UMP Philippe Boënnec a pris les devants. Il a annoncé avoir demandé à la candidate du Front national de sa circonscription d'inciter ses électeurs à "s'opposer au monopole du PS. J'ai appelé Marguerite Lussaud, que je connais bien, et je lui ai demandé d'appeler les électeurs du FN à s'opposer au monopole du PS." Il estime qu'il faut "arrêter de stigmatiser le FN, c'est un parti politique républicain légal" et parle d'une "décision individuelle".

Alors que Marine le Pen a présenté sa liste de députés UMP à faire battre, d'autres ont donc commencé à dialoguer avec le FN.

Par Sylvie Johnsson
aller directement au contenu