aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Quand Angela Merkel constate le fossé croissant entre l'Allemagne et la France

le Vendredi 15 Juin 2012 à 14:12
Par Guillaume Gaven

Décidément, le couple franco-allemand a bien du plomb dans l'aile. La chancelière déplore le "manque de confiance" dans la zone euro, et la "médiocrité" qui y régnait."Il y a un faux débat qui est apparu, opposant croissance et rigueur budgétaire ; c'est n'importe quoi".

Décidément, entre ces deux-là ce n'est franchement pas l'amour fou. Ces derniers jours, le ton monte des deux côtés du Rhin. Angela Merkel est vivement critiquée, en France, pour sa défense d'une politique d'austérité. Hier encore, elle avait dénoncé les "solutions de facilité" et la "médiocrité" des recettes proposées pour contrer la crise. Des "formules simplistes", avait rétorqué Jean-Marc Ayrault.

Médiocrité : le mot est revenu aujourd'hui dans la bouche d'Angela Merkel. Devant une assemblée de chefs d'entreprise aujourd'hui, elle a déploré le "manque de confiance" entre acteurs de la zone euro, et la "médiocrité" qui y régnait :

"Il y a un faux débat qui est apparu, opposant la croissance et la rigueur budgétaire. C'est n'importe quoi !" (Merkel)

Et de poursuivre : "l'Europe doit discuter des différence croissantes entre les économies française et allemande." Pas question, aux yeux de la chancelière allemande, de céder sur les euro-obligations. Pas question de mutualiser la dette en Europe, comme l'avait proposé hier François Hollande. A Mario Monti, le Premier ministre italien.

 

"Entre amis, il faut se dire les choses avec respect, avec sincérité" (Ayrault)

Et comme Jean-Marc Ayrault est en quelque sorte à l'origine de cette surenchère, le Premier ministre s'est senti obligé de tempérer : "Il faut se dire les choses, avec respect, mais avec sincérité, et avec un objectif, c'est de trouver ensemble la solution".

Car, quoi qu'il en soit, le couple franco-allemand ne peut se dissoudre. Berlin juge même que la coopération relève de la "raison d'Etat".

Par Guillaume Gaven
10
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Le système Merkel est à bout de souffle. Les salariés allemands commencent à ruer dans les brancards. M'est avis qu'elle va prendre une claque électorale dans pas longtemps.
Avatar de anonyme
Madame Merkel,...qu'elle médiocrité, incapable de changer de stratégie alors que celle-ci mène l'Europe droit dans le mur depuis plus de cinq.
Avatar de anonyme
yadlajoie (anonyme),
Mince alors, c'était pas vrais qu'il fallait juste dire croissance pour qu'elle revienne ? mince et casimir, il est pas là non plus ? mince mais qu'es ce que je vais faire pendant 5 ans......Martine help !
Avatar de anonyme
Diaz (anonyme) @ THABUIS Jacques (anonyme),
Pour être moins "présient" comme vous dites devant les médias que son prédécesseur ça c'est un fait!
Avatar de anonyme
juju57000 (anonyme),
toute a fait d'accord avec les deux derniers commentaire mais pas avec le premier , Mr le président tente a defendre son projet face a madame merkel qui fait la tete brulé maias qui risque de devoir lacher le bras de fer tot ou tard l'allemagne finira par etre victime des politique de rigueur qu'elle impose a ses voisin , premisse avec une baisse des ventes de voiture en Allemagne au premier trimestre de cette année .Grâce a madame merkel après la Grec , c'est l'Espagne qui coule petit a petit dans une profonde récession , suivront le Portugal sans doute l’Italie et peut être la France . Merci merkel , merci la rigueur. Aller on continue jusqu'a mettre a terre tous les pays européen un à un
Avatar de anonyme
Beyssac (anonyme),
La gauche française nous emmène droit dans le mur que ce soit en France ou en Europe. Rendez-vous dans deux ans et nous serons au plus bas
Avatar de anonyme
Madame Merkel est une excellente politicienne et comme tout politicien qui fait de la politique politicienne sans autre perspective que de faire vivre son parti, de placer son idéologie devant son pays elle use d’opportunités avec doses de démagogie! N’a-t-elle pas lancé l’abandon du nucléaire ? Par principe de précaution ? Certainement pas ! 2013 ce sont les élections allemandes, l’appui ou la neutralité des écologistes puissants dans ce pays est à considérer, sa famille politique étant en mauvaise posture. Par contre elle manque complètement de finesse industrielle et économique. Par quoi va t elle remplacer cette énergie nucléaire ? Ou va-t-elle trouver des débouchés industriels à son pays qui est encore un gros exportateur en Europe si elle demande à tous les consommateurs européens de se serrer la ceinture ? Ils achèteront Roumain ou autre comme c’est déjà le cas de nombre de ses concitoyens contraints d’acheter Dacia à l’origine prévue pour les pays européens à faibles revenus ! Des Allemands habituellement fidèles à leur industrie qui achètent en masse une voiture étrangère ; ça fait réfléchir ! Non ? L'Allemagne, tout comme la France et ceux qui s'en tirent le mieux dans cette mondialisation destructrice des pays "riches", est confrontée au rouleau compresseur des pays émergents vers lesquels la finance et les capitaines d'industrie réorientent leurs investissements. Quand aux états d'âme et autres petites phrases assassines de chaque côté du Rhin c'est du même tonneau que le crêpage de chignon Royale-Twittweiler. Crêpage de chignon qui peut faire mal certes!
Avatar de anonyme
L'Allemagne est un grand promoteur du salariat précaire et jetable, au cas où les Merkolâtres voudraient nous convaincre que la vérité vrai est à l'est du Rhin !
Avatar de anonyme
Malek (anonyme) @ Jivé (anonyme),
On oublie ce genre de chose, normale comme notre président, comme l'Otan, comme l'interventionisme en Syrie... Oui mais, seule, l'allemagne est vraiment normale aux yeux de ceux qui nous gouvernent et qui essayent chaque seconde de moins payer le travail des êtres humains, de les culpabiliser, de n'en donner qu'à ceux qui en ont à ne pas savoir qu'en faire.....
Avatar de anonyme
THABUIS Jacques (anonyme),
ça se confirme, notre Président n'est pas un vrai Présient. Il ferait mieux de laisser parler ses diplomates
aller directement au contenu