aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent à Paris contre le traité européen

le Dimanche 30 Septembre 2012 à 13:56 mis à jour à 16:24
Par Mélody Piu

Manifestation du 30 septembre contre l'austérité © Radio France - Erwan Pastol

Entre 20.000 (selon France Info) et 80.000 manifestants (selon Jean-Luc Mélenchon) cet après-midi dans les rues de Paris. A l'appel du Front de gauche, plusieurs partis de gauche dont le NPA et le Parti communiste se sont rassemblés contre l'austérité et le traité budgétaire européen. Au-delà des rangs politiques, plusieurs syndicats et associations figurent également dans le cortège.

Les "nonistes" se sont élancées de la place de la Nation, peu après 14h00 pour dire non à l'Europe de "l'austérité". En tête de cortège le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon et le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent. "Si on veut que les efforts de justice fiscale soient utiles, il faut qu'ils soient mis au service d'une autre orientation économique que l'austérité" a expliqué ce dernier. "Donc il faut un autre budget que celui qui est proposé pour le moment. Et, évidemment, puisque c'est le coeur de cette manifestation, il ne faut pas commencer par ratifier un traité budgétaire d'austérité européen qui a été rédigé et signé en mars par Nicolas Sarkozy."

Les deux mots d'ordres de la manifestation: rejet de l'austérité et respect de la souveraineté populaire (Reportage d'Erwan Pastol)  
 

Lecture
 
Partager

Cette manifestation est la première de cette importance depuis l'élection de François Hollande et la victoire du PS aux législatives. Le côté "nouveau" , fait remarquer l'ancien candidat à la présidentielle du Front de Gauche :

"C'est une manifestation de gauche sous un gouvernement de gauche"

Toutefois, ce n'est pas un rassemblement d'oppostion au gouvernement. "Que ce soit ce gouvernement ou un autre, c'est aux politiques que nous nous affrontons"a ajouté Jean Luc Mélenchon. 

80.000 manifestants selon le Front de Gauche, 15.000 à 20.000 selon France Info

D'après Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche (PG), une soixantaine d'organisations politiques, syndicales et associatifs défilent aux côtés du Front de Gauche, scandant le mot "Résistance". Il semble que Mélenchon ait réussit son pari d'organiser une "manifestation unitaire" en rassemblant le Parti de Gauche, le PCF, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), et l'union syndicale Solidaires.

"C'est au peuple de décider de l'intérêt général" Danielle Simonnet (FG)  

Lecture
 
Partager

Manifestation du 30 septembre contre l'austérité © Radio France Erwan Pastol

"Il était temps que la rue se réinvite un peu et se fasse entendre contre la politique du gouvernement. C'est une première étape pour dire qu'à partir de maintenant il y aura une unité durable pour s'opposer", déclare Olivier Besancenot, ancien dirigeant du NPA. "Il faut assumer un statut d'opposant politique à la gauche du gouvernement", a-t-il ajouté.

Au-delà des rangs politiques, des syndicats (CGT, CFDT, SNESUP-FSU), et des associations (Attac, Copernic, Droit au logement et la Cimade). On note également la présence de délégations de salariés d'entreprises procédant actuellement à des plans sociaux, notamment Arcelor-Mittal, PSA et Sanofi.

Toutefois, aucun représentant du PS ou d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), ne participe au défilé. Néanmoins, Pierre Laurent et Jean Luc Mélenchon assure que des miltants de ces partis sont présents. 

Compte Twitter de Mélenchon © Capture d'écran

"Hollande doit rendre des comptes à la démocratie" (manifestants)

Avis de recherche © Capture d'écran

Des salariés menacés dans le cortège

Parmi les manifestants, une cinquantaine d'employés de l'usine Fralib de Gémenos (Bouche-du-Rhône). L'usine a cessé de produire en juillet 2011, mais elle est toujours occupée par une partie des salariés. Pour eux, le destin de l'usine est scellé par l'Europe : "On est en lutte depuis deux ans. Le problème, c'est les multinationales qui continuent à tuer l'emploi, on ne veut pas de cette Europe-là", explique Gérard Carzola, secrétaire CGT.
Dans le cortège, il y avait également des salariés  d'entreprises procédant à des plans sociaux comme ArcelorMittal, PSA et Sanofi. 

La suite

Cette manifestation sera suivie le 8 octobre d'un meeting européen des forces de gauche à l'espace Reuilly, d'une assemblée européenne  des mouvements sociaux en novembre à Florence, et d'un sommet altermondialiste  en Grèce au "premier semestre 2013".

Par Mélody Piu
14
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Lamentable ces médias qui mettent sur le même plan 0.40 € d’augmentation du tabac concernant 30% de la population française parait-il et la signature d’un accord européen concernant 100% de nos concitoyens. Accord qui va détruire un peu plus de notre Parlement pour renforcer le pouvoir de contrôleurs bruxellois mais surtout couter bien plus que 0.40 € à des gens qui ont cru dans l’effort individuel et fait bénéficier la collectivité par leur travail et leur rigueur personnelle! Et la ce ne sont pas des drogues dont ils vont devoir se passer mais souvent de produits de PREMIERE NECESSITE. Lamentable de faire réagir, de faire le buzz sur du SUPERFICIEL . Ce buzz dure depuis 3 semaines : d’abord les états d’âmes des écolos, puis de leur leader charismatique, puis depuis une semaine et ce WE de la « Gauche de la gauche » (?) et à coup sûr de l’agitation télévisée à l’Assemblée Nationale avec intervention à la clé de la famille Le Pen… Il m’a fallu un certain temps pour trouver le CONTENU ET LES CONSEQUENCES de ce traité dangereux pour la démocratie, pas celle qu’on s’envoit à la figure pour un oui pour un non, mais celle institutionnelle qui consiste à mettre sous TUTELLE notre parlement… tutelle partielle, certes, car en cas de CRISE de croissance négative, on pourra toujours reprendre les manettes mais tutelle quand même! C’est un FAIT que l’élection de notre parlement intéresse de moins en moins les électeurs, 60% de participants cette dernière décennie contre 80% dans les années 1965-1985). Ce n’est pas ce deuxième coup, après le vote en catimini de la constitution Européenne refusée massivement par référendum en 2005 qu’il va se grandir aux yeux de la population… Sarko et l’UMP avait eu la décence d’attendre, voire de mettre en jeu son élection, pour faire valider La Constitution européenne… il s’était écoulé quelques 3 années… Qu’entendons-nous, à peine 3 mois après ce vacarme du candidat Hollande qui devait officiellement « RENEGOCIER » ce projet de traité pour ne pas dire « taper du poing sur la table » comme le clamaient certains au PS ? On a surtout entendu parler de la frappe de la foudre sur l’avion présidentiel ! Puis silence radio(s)…
Avatar de anonyme
20 à 80 000 personnes qui n'ont pas encore compris qu'elles étaient les idiots utiles de Mélenchon qui rabat l'opposition de gauche dans le néant : une jolie manif, comme ça ils sont contents, mais derrière, RIEN, puisqu'il a promis de ne JAMAIS remettre en cause le gouvernement. Aujourd'hui seule cette opposition stérile à le droit de manifester... Si les citoyens se réveillaient, mais j'ai bien peur qu'au delà de la léthargie, la média-lobotomie soit définitive. Triste France.
Avatar de anonyme
tom des îles (anonyme),
ça vous fait quoi, chers français de découvrir que hollande vous a menti pendant la campagne électorale et que votre vote a été volé ? c le seul candidat qui a menti à ce point... pleurer pas maintenant ! c mérité ! et nombreux ont été ceux qui l'ont rappelé...
Avatar de anonyme
Selon France Info : 17500 (moyenne) participants à la manif. Selon France Inter : 80 000. !!! Question de longue d'ondes ? Selon les organisateurs qui savent compter (longue expérience en la matière) : 80 000
aller directement au contenu