aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le plaidoyer de Viviane Reding pour l'éducation des enfants roms

le Mardi 4 Septembre 2012 à 08:30
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 1 (3 votes)

Invitée de France Info ce mardi, la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, a expliqué qu'il était de la responsabilité de notre génération d'éduquer les enfants pour que les mêmes problèmes ne se reposent pas dans dix ans. 5000 à 7000 enfants roms sont concernés par des difficultés d'accès à l'école.

{iframe|daily|259.875|462|xtatta}

Le plaidoyer de Viviane Reding pour l'éducation des enfants roms © FranceInfo

"Si on n'arrive pas à éduquer ces enfants, ce sera de nouveau une génération perdue avec dans dix ans les mêmes problèmes. Nous ne voulons pas de ça. Notre génération a la responsabilité de faire en sorte qu'il n'y ait plus de camps illégaux mais des maisons normales pour ces personnes, que les femmes n'aient plus des enfants à l'âge de 12 ans et que les enfants aillent normalement à l'école. Ainsi au lieu de se retrouver dans la rue, ils se retrouvent au boulot et contribuent à la société" a affirmé Viviane Reding.

Sur les démantèlements de camp en France : "Il semble..."

"On ne peut pas se défaire d'un groupe ethnique en masse mais cela peut se faire au cas par cas" a réaffirmé la vice-présidente de la Commission Européenne en charge de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté. "Il semble que le gouvernement (français) avec lequel j'ai discuté ait fait cela. Je dis il semble parce que tous les papiers qu'il nous a fait parvenir montrent que les règles de la loi française qui se fondent sur la loi européenne ont été mise en pratique."

Mais Viviane Reding est surtout "très contente" que le gouvernement "suive mon idée de créer un groupe pionnier de pays - dont la France - qui veulent régler le problème et élaborer des recettes qui marchent."

Enfin elle s'est prononcée pour l'adoption du traité européen. "Parons au plus pressé" a dit la vice-présidente de la Commission européenne.

aller directement au contenu