aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Bruno Le Roux demande "le respect" pour Ségolène Royal après la défaite de la Rochelle

le Jeudi 21 Juin 2012 à 08:15
  • 12 commentaires
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 3 (2 votes)

L'unique candidat à la présidence du groupe socialiste à l'Assemblée revient sur le sort de la présidente de la région Poitou-Charentes, dont il rappelle qu'elle a été victime d'une trahison. Il ajoute qu'Olivier Falorni, vainqueur de Ségolène Royal, ne siègera pas au groupe PS.

{iframe|daily|259.875|462|xrntec}

Bruno Le Roux demande "le respect" pour Ségolène Royal après la défaite de la Rochelle © FranceInfo

 

Royal-Falorni

Quatre jours après la sévère défaite de Ségolène Royal face à Olivier Falorni à la Rochelle, Bruno Le Roux rappelle que "Ségolène Royal a été victime d'une trahison [...] elle a été battue [...] cela n'aurait jamais du arriver", dit-il. Avant d'ajouter : "Ce que je demande aujourd'hui, c'est du respect [...] pour celle qui a porté nos couleurs en 2007. Nous n'aurions peut être pas gagné en 2012 s'il n'y avait pas eu le travail fait par Ségolène Royal en 2007".
Quand au vainqueur de Ségolène Royal, qui a annoncé qu'il siègerai à gauche à l'Assemblée, Bruno Le Roux martèle qu'Olivier Falorni "ne siègera pas au sein du sein du Parti socialiste et du groupe socialiste, les choses sont claires".

Perchoir

Alors que les socialistes désignent aujourd'hui leur candidat à la présidence de l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux ne donne pas d'indication sur ses préférences. Interrogé sur la place d'une femme au perchoir (Elisabeth Guigou est candidate, ndlr), il parle de deux personnalités qui ne concourent pas à cette fonction.

Pour lui, Marylise Lebranchu "aurait été une candidate qui permettait tout comme Ségolène Royal [...] de faire un consensus général" "Pas uniquement parce qu'elles sont des femmes mais parce qu'elles avaient un profil particulier qui faisait qu'elles étaient reconnues très largement", précise Bruno Le Roux.
Avant de conclure : "La parité, je ferai en sorte qu'elle soit présente dans toutes les responsabilités à l'Assemblée [...] mais il ne faut pas la voir simplement sur un poste".

12
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Almaviva (anonyme),
Une fois encore,l'acharnement contre Ségolène Royal a sévi, et cette fois,c'est par la jalousie d'une femme qui essaie d'évincer sa rivale auprès du Président. Il faudrait que celui-ci y mette un peu d'ordre. Le fera-il?
Avatar de anonyme
Hélicoptère (anonyme),
c'est belle et bien une trahison. Falorni ne doit pas sièger parmi les socialistes. Je suis d' accord avec le Président du groupe. Je suis convaincu que ce traître paiera un jour ou l'autre sa trahison. Mme Ségolène ROYAL ( fame douboute et poto mitan ) se relevera j'en suis certain, car elle mérite le respect et l'honneur.
Avatar de anonyme
jean-bernard gonzalez (anonyme),
Falorni a fait la preuve de son incompétence au conseil municipal de La Rochelle,la plupart de ses collègues peuvent en témoigner . Son seul "mérite" est d'avoir fait progresser sa carrière au sein de l'appareil . Et sa trahison dimanche n'est pas la première .
Avatar de anonyme
baiaif (anonyme),
21/06/2012, à 14h40 On nous dit que les rochellais ont voté, c'est une évidence et le dissident PS est un député, on le voit. Là où il y a un hic et c'est que le soir du premier tour, la démocratie s'étant exprimée le dissident ex PS ne pouvait compter pour l'emporter que sur le pouvoir (délectable ) d'élimination des forces de droite. Le dissident se moquant des tradition et de la décence a décidé de poursuivre, jusqu'à l'indignité, son aventure, c'est son affaire et celle de ses supporters. Mais je vous en prie laisser nous, avec la grande majorité des membres du PS, nous indigner et nous indigner encore. Et le coup du service rendu à la gauche, au pays et au monde d'avoir, par droite et extrême droite interposées, éliminé une personnalité éminente du PS, notre candidate de 2007 est tout simplement pitoyable. Indignons nous oui , cent fois oui contre cette trahison. Elu avec au moins deux tiers de voix de droite et d'extrême droite, et sa méprisable stratégie le prévoyait dès le début, ce dissident n'a rien à faire sur des bancs de gauche, quelque soit son passé. Il ne manque pas dans notre histoire, surtout d'ailleurs en période de crises, de ces aventuriers ambitieux capables de s'asseoir sur leurs principes
aller directement au contenu