aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Un état des lieux de la gendarmerie...

le Vendredi 22 Juin 2012 à 08:36
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 5 (1 vote)

C'est un hommage national. Les obsèques des deux gendarmes tuées dans le Var le week-end dernier, Alicia Champlon et Audrey Berthaut, ont eu lieu ce matin. Au même moment, un hommage leur a été rendu dans toutes les gendarmeries de France. Retour sur le sort de la gendarmerie aujourd'hui avec Christian Prouteau.

{iframe|daily|259.875|462|xros0q}

Christian Prouteau : " la gendarmerie manque de moyens " © FranceInfo

Les obsèques d'aujourd'hui représentent un moment d'émotion pour les gendarmes, d'émotion mais aussi de doute et d'interrogation. Sur des forums internet, sous couvert de l'anonymat, des gendarmes ont expliqué ces derniers jours que leurs conditions de travail se dégradent et que leurs conditions d'intervention sont de plus en plus difficiles. Le malaise dans la gendarmerie refait donc surface.

Nous en parlons dans Les choix de France Info avec :

Christian Prouteau, fondateur du GIGN.

Pour la gendarmerie aujourd'hui, ce drame "est un choc de plus. Mais également, les gendarmes se posent de nombreuses questions depuis leur rattachement au ministère de l'Intérieur. En effet, depuis ce rapprochement, ce qui fait leur spécificité et leur différence, c'est-à-dire leur qualité de militaire, est remise en cause."

Deux choses ont changé sur le terrain. D'abord, l'application d'une politique du chiffre, propre à l'origine au ministère de l'Intérieur et, en particulier, à la Police Nationale. Ces méthodes ne conviennent pas du tout à la gendarmerie, en raison de son exigence d'implantation territoriale. Enfin, le second changement reste la réduction drastique des effectifs, ce qui a contraint beaucoup de maires et d'autorités locales à regrouper les permanences de nuit, entraînant la fermeture de certaines brigades. "Cela fait que la brigade qui est à côté de chez vous, parce qu'elle a besoin de prendre du repos, va être fermée au moment ou vous avez besoin d'elle. Vous devrez donc vous adresser à un interphone. Et ça, les gendarmes qui sont implantés dans la population le supportent très mal."

A quoi doit servir la gendarmerie aujourd'hui ? Sa spécificité, par rapport à la Police Nationale, reste l'implantation territoriale, l'une des fonctions les plus importantes pour l'Etat selon Christian Prouteau. Et en ce sens, il faudrait augmenter les effectifs des patrouilles : patrouiller à 4 et non pas à 2, pour éviter que se répètent de tels drames.

Pour finir, les gendarmes sont de retour à l'Elysée. On sait que les policiers avaient pris toute la place sous Nicolas Sarkozy. Pour mémoire, le GSPR avait été mis en place en 1982. Ce retour est-il significatif ? "Au-delà du symbole, le GSPR est un vrai travail, une méthode spécifique de protection qui demande formation et entraînement régulier." Christian Prouteau critique d'ailleurs l'attitude du RAID dans l'affaire Merah et le manque de moyens mis au service de cette affaire. Et pour répondre aux critiques qui lui avaient été adressées par Nicolas Sarkozy : "Si cette affaire avait été considérée comme un succès, ça se saurait."

aller directement au contenu