aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Faut-il réformer le système des parrainages?

le Jeudi 16 Février 2012 à 10:15
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4 (1 vote)

Il faut, pour être candidat à la présidentielle, 500 signatures d'élus. La candidate du Front National a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel pour demander l'anonymat des parrainages. Nicolas Sarkozy et François Hollande envisagent une réforme pour 2017. Le système est-il contraire à la Constitution? Et comment le réformer?

Dominique Rousseau est professeur de Droit Constitutionnel à la Sorbonne et auteur du "Consulat Sarkozy" (Odile Jacob). Il explique que ce système était destiné à la bas à réduire le nombre de candidats à la présidentielle. "Le mécanisme n'a pas eu l'effet escompté" déplore-t-il, mais il est conforme à la constitution, qui exige la transparence en politique : un homme public doit rendre sa voix publique. L'anonymat serait pour lui synonyme d'obscurité...

Pour Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anti-capitaliste (NPA), recueillir 500 signatures (le terme légale étant "présentation") est une perte de temps, de moyens et d'énergie pour des petits partis comme le sien. La loi est pour lui anti-démocratique parce qu'elle écarte des candidats certes minoritaires mais légitimes.

Quelle atlernative? Permettre à un élu de donner deux voix est une alternative envisageable nous explique Dominique Rousseau. L'élu donnerait une signature au candidat avec qui il partage les idées et une présentation à celui qu'il estime nécessaire dans le débat public.

Une autre solution serait de modifier le nombre de signatures requises mais de faire participer les électeurs. Il faudrait à un candidat 200 présentations d'élus et 500 000 signatures de citoyens, ce qui ouvrirait le débat en faisant participer les électeurs. Ce système mis en place en Pologne et au Portugal n'a pas débouché sur des candidatures "farfelues".

aller directement au contenu