aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Rapports UMP et FN : le jeu du "je t'aime moi non plus"

le Mardi 19 Juin 2012 à 07:15
  • 3 commentaires
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 3 (2 votes)

Après le virage à droite imprimé par Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle, plusieurs responsables du parti d'opposition ,confrontés à l'essor du Front National, ont appuyé pendant la campagne législative sur les valeurs communes entre les deux formations. L'UMP prend-elle un risque en faisant bouger les lignes à droite ? Comment les électeurs des deux camps se situent-ils par rapport à cette stratégie ?

À Morsbach, les électeurs ont eu le choix entre un candidat FN et un socialiste au deuxième tour © Radio France - Étienne Monin

Morsbach est une petite commune de 2.700 habitants qui s'étire le long de la Nationale 3 dans l'est de la Moselle. Dans les deux bureaux de vote, Marine le Pen est arrivée en tête à l'élection présidentielle, son candidat aux législatives également, avec 33% des voix au premier tour.

Morsbach est dirigée par un maire centriste, mais le Front national est en progression. Dans la circonscription, les électeurs de droite ont été mis au pied du mur. Ils ont eu à trancher dimanche entre un candidat PS et Front National.

Dans son jardin, Denis – gaulliste de toujours – ne s'interdit plus le vote FN. Il estime que les valeurs sont communes, sur la sécurité et l'immigration notamment.

Les électeurs FN sont ils prêt à revenir dans le camp UMP ?

Patrick a 57 ans. Il est artisan et est un déçu du chiraquisme. Depuis 2002 il vote Front national. Lui aussi reconnaît un socle commun de valeur avec l'UMP, mais il ne croit plus en la capacité de la droite à les appliquer. Il dit qu'il votera FN jusqu'à ce qu'il accède au pouvoir, sourd aux appels du pied de l'UMP.

Patrick 20 ans a voté Nicolas Sarkozy aux deux tours de la présidentielle, et Front national lors des législatives. Il est satisfait du bilan du président sortant et pourtant, il flirte avec le parti concurrent, coincé à mi-chemin.

Morsbach, en Moselle, au bord de la nationale 3 © Radio France Étienne Monin

3
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
FRED35 (anonyme),
plus l'UMP s'enfonce dans les thèses extrémistes de Sarkozy, Guéant, Morano and co, plus il baisse et plus le FN grimpe..la conclusion à en tirer semble simple pour ses dirigeants: prendre ses distances
Avatar de anonyme
gilloum28 (anonyme),
Un "gaulliste" qui ne "s'interdit pas" le vote FN ! Savez-vous ce qu'est le gaullisme ? Le pauvre Charles doit se retourner dans sa tombe !
Avatar de anonyme
Roland (anonyme) @ gilloum28 (anonyme),
Il y a belle lurette que le dernier gaulliste est mort...(Chaban, Barre ,Séguin, Mitterrand ?)Le gaullisme sert de cache-sexe aux libéraux de tous poils : le dimanche j'affiche mon gaullisme au monument aux morts et le lundi je fréquente le FN avec les nostalgiques des idées du maréchal, de l'action française et de l'OAS . Non ,l'histoire n'est pas le fort de la droite française...pauvre général !
aller directement au contenu