aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le nucléaire "filière d'avenir": Montebourg provoque les écologistes

le Lundi 27 Août 2012 à 05:15
Par Sylvie Johnsson

"Je considère que le nucléaire est une filière d'avenir" a affirmé hier soir le ministre du Redressement productif sur BFM TV. Une déclaration aussitôt contestée par les élus d'Europe Ecologie-Les Verts, mais soutenue par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

"Nous avons besoin d'énergie et pas trop chère. La France
a un atout extraordinaire entre ses mains
(avec ses centrales nucléaire)  qui lui a permis de bâtir son industrie" a expliqué Arnaud Montebourg avant de prononcer des mots qui ne pouvaient que consterner les écologistes: "Pour ma part, je considère que le nucléaire est une filière d'avenir".

Arnaud Montebourg : "Le nucléaire est une filière d'avenir"  
 

Lecture
 
Partager

"La filière nucléaire doit préparer son avenir : le démantèlement"

La réaction des élus d'EELV a été quasi immédiate. Ainsi Denis Baupin, vice-président du groupe à l'Assemblée nationale, ne voit qu'un seul avenir au nucléaire: le démantèlement : "Le ministre du redressement productif a déclaré ce soir que le nucléaire serait une filière d'avenir. Une profession de foi en décalage total avec la réalité. Partout dans le monde, au contraire, le nucléaire est en déclin...Partout les Etats considèrent aujourd'hui que les risques et les coûts liés à cette énergie dépassent largement ses avantages supposés."
   
Et le député européen Yannick Jadot de rappeler les déboires de l'EPR à Flamanville ou en Finlande, et les problèmes sur les réacteurs nucléaires installés en Europe.

Yannick Jadot demande à Arnaud Montebourg d'étudier "correctement l'état de la filière nucléaire"  
 

Lecture
 
Partager

 

Valls soutient Montebourg

Le nucléaire, "c'est une filière d'avenir incontestablement", a réagi le ministre de l'Intérieur sur Europe 1 avant de rappeler les engagements du président de la République.

Pendant la campagne présidentielle, le candidat François Hollande avait promis d'engager "la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025." C'est ce que prévoit l'accord électoral qui avait été négocié dans la douleur entre le PS et les écologistes d'EELV

Par Sylvie Johnsson
20
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Antoine (anonyme),
Aujourd'hui en Belgique, un débat sur "comment éviter des coupures d'électricité cet hiver". Il est vrai que deux réacteurs ont été complétement arrêtés, après constatation de fissures !! Bizarre, je ne trouve pas cette information dans les médias français. Le "Lobby" est-il toujours puissant, ou n'avons-nous que du mépris pour nos voisins. Je ne suis ni écolo, ni spécialiste du nucléaire. Juste un citoyen qui aimerait une information digne d'un pays libre.
Avatar de anonyme
delphy (anonyme),
Les écolos sont contre, c'est une habitude; ils sont contre tout progrès, c'est d'ailleurs pour ça qu'ils sont décrédibilisés. Ils veulent arrêter le nucléaire, d'accord; mais ils ne nous ont jamais dit par quoi on remplaçait les centrales qu'ils veulent arrêter. Les énergies alternatives pour longtemps encore ce sera un vœu pieu. Alors on revient aux chars à bœufs et à la bougie ? Mais qu'ils assument et disent clairement que c'est cela qu'ils veulent imposer aux français.
Avatar de anonyme
François (anonyme),
C'est la première chose sensée que j'entends depuis longtemps. A ceux qui parlent de coût. Il y a peu, la cour des comptes a sorti un rapport disant que le nucléaire en France avait coûté depuis l'origine 235 milliards €. Ce rapport a été salué par les écologistes comme étant "le vrai coût du nucléaire". Or, depuis l'origine, le nucléaire a produit, en France, un peu plus de 10 000 TWH. Ce qui met le coût du KWH nucléaire à 2,35 centimes. Et si vous voulez parler démantèlement, le coût du démantèlement de l'ensemble du parc nucléaire est estimé par les spécialistes entre 12 et 35 milliards €. Ce qui fait qu'en prenant l'hypothèse haute et en supposant qu'on ne produise plus un seul KWH à partir d'aujourd'hui, le coût du KWH nucléaire aura été de 2,7 centimes, démantèlement compris...Qui dit mieux?
Avatar de anonyme
Jivé (anonyme),
Après des décennies de politiques énergétiques, qui nous ont ficelées au quasi tout nucléaire, la marge de manœuvre est plus qu'étroite. En avant les guéguerres de clans, de spécialistes, de lobby. Depuis la fin des années 60, nos gouvernants successifs ont regardé de haut ou avec condescendance tout ce qui pouvait ressembler à autre chose que le nucléaire ! Nous avons 50 ans de retard, pour ce qui est de la recherche et des investissement dans les domaines des énergies nouvelles ou renouvelables, des économies d'énergies, de la consommation "intelligente" de l'énergie. Quelle clairvoyance ! Et maintenant que nous voilà en état d’addiction au nucléaire, comment faire ? Surtout si on veut dire oui à tout le monde et ne se fâcher avec personne.
aller directement au contenu