aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le droit de vote des étrangers ressurgit dans l'entre-deux tours

le Mardi 24 Avril 2012 à 16:45
Par Gérald Roux

Alors que Marine Le Pen apparaît comme l'arbitre du second tour de l'élection présidentielle, François Hollande rappelle que le droit de vote des étrangers sera accordé lors de son quinquennat s'il est élu. Nicolas Sarkozy s'empare de cette question pour critiquer son rival, tout comme l'aile droite de l'UMP.

François Hollande, en déplacement dans l'Aisne où Marine Le Pen a réalisé un score de 26%, a été amené aujourd'hui à parler de ce thème dont se sont très vite emparés Nicolas Sarkozy et l'UMP.

"Ce sera fait"

Le candidat socialiste réagissait aux propos de Ségolène Royal qui affirmait hier que le droit de vote aux étrangers n'était "pas une priorité".
"Tout ce que j'ai dit dans mon projet, dans mes engagements, ce sera fait dans le quinquennat", a répondu François Hollande, avant d'ajouter :  "Elle (Ségolène Royal, ndlr) a dit que ce n'était pas une priorité au sens immédiat (...), pas la première mesure que nous allons prendre".
 
Le droit de vote des étrangers non communautaires résidant en France depuis cinq ans aux élections locales est le 50ème des 60 engagements de François Hollande. La révision des institutions, qui comprend cette mesure, est prévue entre août 2012 et juin 2013 dans "l'agenda du changement" du candidat socialiste.

Sarkozy et l'aile droite de l'UMP

Dés hier soir, Nicolas Sarkozy, en meeting à Saint-Cyr-sur-Loire, brandissait le vote des étrangers pour dénoncer son rival socialiste. "C'est pas parce qu'on n'a pas le vote populaire qu'on drague le vote communautaire", disait-il.
 
A la droite de l'UMP, la Droite Populaire affirme aujourd'hui que "le droit de vote des étrangers et la régularisation massive des clandestins, voulus par François Hollande et ses alliés [...] feraient entrer la France dans le communautarisme". Le communiqué conclut sur une note alarmiste en affirmant que "ce droit de vote condamnerait un grand nombre de communes en zone urbaine à vivre sous le diktat de puissances étrangères".

Par Gérald Roux
8
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
nicolas (anonyme),
Personne n'a à s'excuser de vouloir conserver sa souveraineté et son pouvoir de décision. Cette mesure est incompatible avec l'intégration! Pourquoi chercher à s'intégrer dans un pays lorsque l'on peut peser sur l'orientation de celui-ci sans qu'il ne nous demande rien en contre partie, même pas d'être français? A l'heure d'un réel malaise social, il ne me semble pas très judicieux d'inciter au communautarisme; car l'être humain est ainsi fait, c'est ce qui se produirait...
Avatar de anonyme
Benquoi (anonyme),
Pourquoi ne pas dire que le Front National a DIMINUE par rapport à 2002 : 2012 : 17, 9% des voix , 2002 : 19,4 % (Le Pen 16, 9 % et Megret 2,4 %). Si l’on ajoute le million de voix de Mégret, et l’on tient compte de l’augmentation du nombre d’électeurs et de votants (fort accroissement de la participation), on se rend compte que le nombre est aussi à la baisse. Alors pourquoi cet épouvantail qui bouleverse d’une part l’échiquier politique et d’autre part l’équilibre profond de la citoyenneté ? On est dans la rumeur entretenue. Surtout qu’on a commencé par frapper les esprits en annonçant 20 % C’est scandaleux et cela prouve combien on peut manipuler l’électorat.
Avatar de anonyme
ARMAND Joël (anonyme),
Une maladresse de plus qui risque de coûter cher... Madame ROYAL avait fait preuve de subtilité. C'est à croire que le PS ne veut pas du pouvoir en ces temps difficiles.
Avatar de anonyme
NortA (anonyme),
Inadmissible, je voterai SARKOZY ne lapidons pas ce que nos anciens nous ont transmis, je suis Français, je vote en France, je suis étranger je vote dans mon pays.
aller directement au contenu