aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Du foot à la crise : deux euros en poche pour l'Espagne

le Lundi 2 Juillet 2012 à 07:21
  • Pas encore de votes

Rigueur ou pas : le mot reste tabou du côté du gouvernement, polémique sur l'occupation des HLM, le témoignage d'un rescapé d'un "bateau cercueil" au large des côtes libyennes, et la victoire de l'Espagne à l'Euro de football : "Gracias !"

Presse © Radio France - Jean-Christophe Martin

 

Un mot qui revient ce matin dans la presse : la rigueur...

"Hollande face au défi de la rigueur", c'est le Parisien... Les Echos annoncent un "tour de vis sur les salaires des fonctionnaires", et traduisent aussitôt : "rigueur"... Pour Libération, Hollande est devant "l'été des choix", et notamment le choix de l'équilibre entre rigueur et justice sociale... Quand l'Humanité entend parler au gouvernement de "réalisme de gauche", elle craint d'entendre "rigueur de gauche".

Pour Yves Thréard dans le Figaro, il n'y a aucun doute, la rigueur est "au tournant de l'été", et même si le gouvernement récuse le terme, les mesures qui seront annoncées cette semaine ressemblent à la rigueur "comme deux gouttes d'eau".

En résumé pour Francis Brochet dans le Progrès, "faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, ni les Français pour des analphabètes politiques", tout le monde a compris que ce qui s'annonce se résume d'un mot et d'un seul : "rigueur"...  Mais voilà, c'est le mot tabou, celui que même Nicolas Sarkozy n'a jamais pu prononcer en cinq ans de présidence.

Aujourd'hui, la rigueur de gauche après la rigueur de droite. Alors si François Hollande veut réussir à expliquer la différence, le Progrès lui conseille d'abord d'admettre la vérité et de faire un effort de prononciation : "ri-gueur".

Toujours en feuilletant la presse : une nouvelle polémique sur l'occupation des HLM...

Polémique récurrente relancée par une plainte : des représentants de propriétaires privés dénoncent une concurrence déloyale du secteur public et portent plainte à Bruxelles. Motif : aujourd'hui plus de 380 000 HLM seraient occupées par des foyers gagnant plus de 4000 euros par mois. Le privé vise l'aide de l'Etat de 25 millions d'euros versée chaque année aux offices HLM et qui ne devrait avoir pour objectif que d'aider les plus modestes à se loger.

Ce qui n'est plus le cas avec des ménages à plus de 4000 euros de revenus, d'où la plainte pour distorsion de concurrence. Deux autres chiffres rappelés dans le Parisien : pendant que plus d'1 million de personnes gonflent la liste d'attente des HLM, il y aurait 700 000 HLM vides ou sous-occupées.

A lire aussi ce matin dans la presse, le témoignage d'un miraculé...

Le témoignage d'un survivant du "bateau cercueil" où 63 migrants trouvèrent la mort en mars 2011, c'est la Une de l'Humanité avec ce titre, "Meurtres en haute mer"... Cet Ethiopien, aujourd'hui réfugié aux Pays-Bas, était à bord de ce canot pneumatique où s'entassent 72 personnes au départ des côtes libyennes le 27 février 2011. Direction l'île de Lampedusa en Italie.

Rapidement perdus en pleine mer, les migrants finiront par revenir s'échouer en Libye. Mais après une dérive d'une dizaine de jours sans vivres et sans eau, ils ne seront que 9 sur 72 à survivre au calvaire raconté dans le détail dans l'Humanité. Entre-temps, les rescapés affirment avoir croisé un navire de guerre de l'OTAN déployé au large des côtes libyennes pendant les opérations contre Kadhafi. Ils auraient même été survolés par des avions.

A ce moment, ils se croient sauvés... Mais selon leur récit, le navire de guerre repart sans leur venir en aide. Depuis, ils sont quatre à avoir porté plainte pour non-assistance à personne en danger, plainte contre X qui met en cause l'armée française, même si personne aujourd'hui ne sait sous quel pavillon naviguait ce navire de guerre.

La presse qui salue aussi ce matin la victoire espagnole dans l'Euro de football...

"Merci, merci, merci", c'est le journal espagnol Marca sur son site Internet, El Mundo parle d'une Espagne qui a changé le football, et d'enfin un peu d'oxygène grâce au football dans une Espagne en crise.

De ce côté des Pyrénées, "L'Espagne dans la légende du foot", c'est le titre du Républicain Lorrain, la Presse de la Manche salue l'Invincible Armada, "Olé !" s'exclame le gratuit metro, Libération en mode "jeux de mots" a trouvé ces Espagnols "ibères à l'aise"... Un seul mot à la Une de l'Equipe : "Gracias !", et en décrivant cette équipe d'Espagne, Fabrice Jouhaud dessine d'ailleurs dans l'Equipe une sorte d'anti-équipe de France : l'Espagne, aucun joueur emblématique, aucun sauveur de la patrie, juste une idée du collectif et de l'intérêt général, la preuve irréfutable que sans des individus et un groupe de valeur, l'organisation est vide de sens.

Enfin le titre du jour, le plus original, parce qu'il parle des deux Espagne, d'un côté l'Espagne qui règne sur le sport, de l'autre côté l'Espagne entraînée dans la spirale de la crise, c'est le titre du gratuit 20 minutes : ce matin, "L'Espagne a deux euros en poche"... deux championnats d'Europe des Nations, mais presque plus rien dans les poches... "Deux euros en poche", façon de rappeler que l'euphorie après l'Euro de foot risque d'être de courte durée face à la dure réalité de l'autre euro.

La presse à la Une

 

La presse à la Une du 02/07/12 avec Philippe Larue de la Provence  
 

Lecture
 
Partager

Didier Deschamps à l'OM, c'est fini, ça s'est joué la nuit dernière, l'entraîneur s'en va, c'est la Une de la Provence. A Marseille, ça n'est pas franchement une surprise, et en tout cas c'est une page qui se tourne pour l'OM mais dans des conditions très particulières. Les explications de Philippe Larue de la Provence.

 

 

 

 

 



 

aller directement au contenu