aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Avantage à gauche, "petite bérézina" à droite

le Lundi 11 Juin 2012 à 07:26
  • Pas encore de votes

A la Une : les leçons du premier tour des législatives.

Presse 11/06/12 © Radio France - Jean-Christophe Martin

 

Un lendemain d'élections, c'est évidemment la Une de la presse... Et à lire les journaux ce matin, l'avantage est clairement pour la gauche après le premier tour des législatives...

C'est le titre de Midi Libre, "avantage à gauche"... Le même titre à la Une de la Croix... Les journaux qui restent prudents avant le second tour, mais la tendance est nette pour le Parisien et Aujourd'hui en France. Pour l'est-éclair, "Hollande l'aura, sa chambre rose"... Pour la Voix du Nord, la gauche est bien en route pour la majorité absolue dimanche prochain... D'ailleurs le Figaro reconnaît que "le PS peut espérer une majorité absolue", le Figaro qui s'en inquiète et qui a donc choisi logiquement pour son gros titre "la mise en garde de la droite contre un Etat PS"...

Le Figaro qui reconnaît mais qui relativise le succès de la gauche : pour Etienne Mougeotte, pas d'enthousiasme comparable à 1981. Pas de vague rose ajoute Jean-Francis Pécresse dans les Echos, qui parlent de "soutien mesuré" pour François Hollande.
Pour Libération aussi, pas de vague rose, mais un solide succès, et finalement Hollande en route pour une majorité tous comptes faits "normale"... Nicolas Demorand résume ce premier tour d'une formule dans Libération : il n'y a peut-être pas eu de "bérézina" hier pour la droite, mais quand même une "petite bérézina" pour une droite en pleine déconfiture, dont les différentes composantes organisées en parti unique pour additionner leurs forces ont fini, dix ans plus tard, par se soustraire et se diviser.

"Petite bérézina" pour la droite dit Libération, mais pour l'Humanité pas de vrai déroute pour la droite, Patrick Apel-Muller dans l'Humanité salue en même temps "la gauche qui vire en tête" et il en profite pour regretter la bipolarisation qui a favorisé le PS et l'UMP au détriment des autres forces politiques, conséquence dit-il d'un présidentialisme forcené. Pour l'Humanité qui s'en désole, le résultat, c'est une déformation de la réalité politique du pays, déformation encore amplifiée par l'absence de proportionnelle. Ce que constate aussi Michel Urvoy dans Ouest France : on va bien vers une Assemblée rose PS et bleu UMP, qui vont dominer au détriment des petits partis, notamment des centristes volatilisés.
 
Et puis l'abstention est aussi très commentée dans la presse...

"Elle est où, la vague ?" demande Jacques Camus dans la République du Centre, "elle est encore plus que d'habitude dans l'abstention". Pour Jean Levallois dans la Presse de la Manche, l'abstention c'est même une déferlante à côté de laquelle le vote PS fait figure de vaguelette rose. Et Bruno Dive dans Sud Ouest s'en inquiète : l'abstention dit-il va finir par miner la légitimité des députés. Et il en tire la conclusion qu'il est temps d'organiser les législatives à un autre moment, soit avant la présidentielle soir le même jour.

Libération se demande aussi si les électeurs ne viennent pas de vivre les dernières législatives organisées sous leur forme actuelle, après la présidentielle et au scrutin majoritaire uninominal. François Hollande a l'intention d'ouvrir des consultations avec les partis pour réfléchir à une évolution. Tenir les législatives le même jour que la présidentielle lui semble "compliqué", mais il a évoqué l'introduction de la proportionnelle, pas une dose de 10 pour cent comme l'avait suggéré Nicolas Sarkozy, mais plutôt l'élection d'une centaine de députés à la proportionnelle.

D'ailleurs pour résumer l'état d'esprit de François Hollande après ce premier tour, pas de vague rose, mais une probable chambre rose, il y a le dessin de Ranson dans le Parisien et Aujourd'hui en France : Jean-Marc Ayrault sur le dessin dit au président qu'il va avoir une majorité normale, François Hollande répond que finalement, il aurait bien aimé avoir une hypermajorité...

On prend de l'altitude : direction le Mont-Blanc...

Avec du rififi sur les pentes du Mont-Blanc, c'est raconté dans Libération : le vieux refuge légendaire du Goûter sera bientôt abandonné pour un bâtiment plus moderne, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les habitués. Mais dans la foulée, le Mont-Blanc se modernise : au lieu de réserver les nuitées à l'ancienne par téléphone directement avec les gardiens du refuge, les alpinistes doivent désormais passer par Internet.

Et là, très mauvaise surprise pour les professionnels de la vallée de Chamonix : en voulant se connecter quelques minutes après l'ouverture du nouveau site, ils se sont aperçus que toutes les places avaient déjà été raflées par des agences spécialisées anglaises et japonaises. Autant dire que les agences françaises et les guides l'ont mauvaise, car pas de nuitées, pas de clients. Un professionnel de la montagne parle même dans Libération d'une "monstrueuse galère" avec cette affaire qui fait frémir les alpages.  

La presse à la Une

La presse à la Une du 11/06/12 avec l'Est Républicain et la République des Pyrénées  
 

Lecture
 
Partager

A la Une, les législatives, deux gros plans régionaux sur les résultats du premier tour : 

 - avec Rémi Godeau, rédacteur en chef de l'Est Républicain et les cas Moscovici, Filippetti, Morano, Rosso-Debord et Philippot.

 - avec Hubert Bruyère, rédacteur en chef adjoint de la République des Pyrénées, avec les cas Bayrou et Alliot-Marie.

 

 

 

 

aller directement au contenu