aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

L'offensive d'Ayrault à l'Assemblée nationale

le Mercredi 11 Juillet 2012 à 17:43
Par Mélanie Potet

"Qu'on ne nous fasse pas, de grâce, la leçon". Tels sont les propos tenus par Jean-Marc Ayrault mercredi lors de sa première prise de parole durant les questions au gouvernement à l'Assemblée. Un discours particulièrement offensif légèrement teinté d'ironie.

"Je vous retrouve, je ne vous ai pas perdue de vue. J'ai écouté attentivement votre question", a débuté M. Ayrault pour répondre à la première prise de parole de la séance de Catherine Vautrin (UMP).

Incisif dès ses premiers mots, le Premier ministre a ironisé: "Je dois vous dire que je suis très surpris de constater depuis quelques jours à quel point l'opposition est désemparée, mais je le comprends, d'une certaine façon. Quand on a été sanctionné avec une telle sévérité, il est difficile de s'en remettre spontanément".

"Dans votre lutte pour le pouvoir -je veux dire à la tête de l'UMP-, je vous souhaite bon courage, mais là n'est pas l'essentiel", a-t-il raillé avant de réfuter de nouveau les critiques de l'opposition sur la méthode de concertation retenue, à la manière de la conférence sociale de lundi et mardi.

Après avoir une nouvelle fois ciblé la droite et plus particulièrement le bilan de Nicolas Sarkozy, M. Ayrault a déclaré: "Mesdames et messieurs les députés, ce dont nous héritons ne nous rend pas la tâche facile", évoquant un budget 2012 "sous estimé et sous-financé".

Celui-ci a enfin tenu à "rectifier une erreur incroyable que vous avez essayé de faire propager""Vous dites que nous aurions engagé 20 milliards d'euros de dépenses dès cette loi de finances, comment pouvez-vous mentir ainsi?", s'est-il insurgé, soulignant que "la seule dépense supplémentaire", pour l'éducation, atteignait "non pas 20 milliards mais 800 millions d'euros entièrement financés".

 

Par Mélanie Potet
7
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
caherine (anonyme),
C'est facile de mettre tous sur le dos de notre ancien président!!! et Fillon, mais monsieur Fillon était discret, respectueux des autres et efficace. Les français ne veulent pas que des paroles mais des résultats, quand un gouvernement critique comme le fait les socialistes il faut être irréprochables et c'est pas du tout le cas. On se souvient de l’état des caisses après Mitterand Le gouvernement Sarkozy a fait 3 milliard d’économie, alors que celui ci dépense au lieux de faire de faire des ecomies
Avatar de anonyme
Ben (anonyme) @ caherine (anonyme),
Si je comprends bien, on ne peut rien mettre sur le dos de M Sarkozy, par contre on peut en mettre sur le dos de M Mitterand qui n'est plus président depuis 1995. Et que ceux qui ont critiqué Mitterand, rendent gracieusement leur 5eme semaine de congés payés et que ceux qui sont parti a 60 ans reviennent travailler 5 ans.
Avatar de anonyme
Vous ne pensez pas qu'avoir fait retrouver à la France une audience internationale, d'avoir un taux négatif d'emprunt, d'arriver à lancer une concertation sociale avec un tel succès... n'est pas un résultat en moins de deux mois. Et vous parlez "d'esbroufe" ! Où étiez-vous donc ces cinq dernières années ?
Avatar de anonyme
thomas (anonyme) @ Bruno (anonyme),
Monsieur , voyons maintenant c'est encore la faute à Sarko, même quand il est pas la, vous arrivez à lui mettre des choses sur le dos. Enfin si vous vous contentez d'une concertation sociale pour vous imaginez que tout est réglé c'est bien triste.
aller directement au contenu