aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

François Hollande à Echirolles : une démonstration d'autorité ?

le Mardi 2 Octobre 2012 à 18:45
  • Pas encore de votes

C'est une des images de la semaine : François Hollande interpellé mardi soir par une habitante d'une cité de la banlieue de Grenoble, après la mort de deux jeunes dans une rixe.

En voyant François Hollande lever la tête pour répondre à une dame qui l'interrogeait depuis son balcon sur la dégradation de la sécurité dans le quartier d'Echirolles, ville de la banlieue de Grenoble, nombreux sont ceux qui ont pensé à Nicolas Sarkozy en 2005 sur la dalle d'Argenteuil promettant aux habitants qu'il allait les débarrasser de la "racaille".

Pourtant le style n'est pas le même. Nicolas Sarkozy l'impulsif n'hésitait pas à lancer une petite phrase polémique, le "kärcher" est encore dans toutes les mémoires, et demandait aussitôt que le Parlement se penche sur une nouvelle loi sécuritaire.

François Hollande, lui, se veut moins fougueux. Pas de déclaration tonitruante. Un ton ferme mais apaisé pour ne choquer personne, le rassemblement comme moteur, une expression martelée pendant la campagne.

Mais si le style diffère la méthode reste très similaire. Nicolas Sarkozy a cassé les codes politiques et médiatiques en partant du principe que celui qui avait été élu par le peuple devait en permanence lui apporter des réponses rapides et concrètes.

La visite de François Hollande lundi soir est un joli coup de communication presque sarkozyste dans sa forme, car l'actuel président de la république a compris qu'en faire trop finit par lasser mais qu'en faire peu est considéré comme un aveu de faiblesse, un manque d'autorité.

Mais tout cela est-il vraiment suffisant pour redevenir populaire, à quoi sert ce type de sortie médiatique ?

Il faut absolument montrer l'autorité du Président, car François Hollande est régulièrement attaqué sur son présumé manque d'autorité et de fermeté. Les communicants de l'Elysée ont bien l'intention, et c'est probablement l'un des buts de la visite de lundi soir, de faire oublier l'image du gentil François pour garder celle d'un Hollande tranchant.

A noter, que le chef de l'Etat est allé à Grenoble avec Manuel Valls, l'omniprésent ministre de l'Intérieur, très apprécié, très populaire, premier-ministrable en puissance. François Hollande a probablement voulu indiquer que la sécurité des Français est gérée par l'Elysée et non pas par la place Beauvau.

aller directement au contenu