aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Dans les pas d'un nouveau ministre : de chez lui à l'Elysée

le Jeudi 17 Mai 2012 à 19:57
Par Clara Beaudoux

Reportage avec Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture : départ du Mans, passation de pouvoirs puis Elysée en une journée  

Lecture
 
Partager

Stéphane Le Foll a été nommé ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. A 52 ans, il succède à Bruno Le Maire. De chez lui au Mans, jusqu'à l'Elysée, France Info a suivi la première journée d'un homme devenant ministre.

Le ministre attend son train au Mans © Radio France Clara Beaudoux

Départ à 7h58 du Mans, sa ville natale. De l'entrée de la gare jusqu'à la porte du train, plusieurs personnes arrêtent Stéphane Le Foll pour le féliciter. La veille cet eurodéputé spécialiste des questions agricoles a été nommé ministre de l'Agriculture. "Le président de la République m'a téléphoné vers 16h pour me l'annoncer", raconte ce proche de François Hollande depuis la première heure, et coordinateur de sa campagne. "Car maintenant je dois l'appeler Monsieur le président de la République",  rajoute-t-il en souriant. Il décrit un mélange de fierté, d'émotion, et l'idée d'une nouvelle vie qui commence. Sans oublier le poids des responsabilités. "C'est un changement dans ma vie bien sûr, mais je vais essayer de garder une vie personnelle qui ressemble à ce que j'ai toujours été", confie-t-il.

Installé dans le wagon bar, l'homme profite du voyage pour répondre à ses nombreux messages de félicitations. "Je prends ce train Le Mans – Paris depuis 20 ans ", raconte-t-il en buvant un café, "sans lui je ne serais peut-être pas devenu ministre".

Dans le train vers Paris il en profite pour répondre à ses messages de félicitations © Radio France CB

Le train arrive à Paris à 8h55. Grande nouveauté : un chauffeur et un agent de sécurité sont chargés de le conduire à son ministère. Un petit groupe de journalistes l'attend également au bout du quai. Direction la rue de Varenne, dans le VIIe arrondissement de Paris. A 9h30, il est accueilli par son prédécesseur, Bruno Le Maire. "Nous avions déjà échangé plusieurs fois", explique Stéphane Le Foll. Les deux hommes s'engouffrent alors dans le bâtiment. Ils en ressortent environ vingt minutes plus tard, et posent pour les photographes. "Bonne chance Stéphane" lance Bruno Lemaire au nouveau ministre de l'Agriculture avant de quitter définitivement les lieux.

Poignée de mains avec Bruno Lemaire juste après la passation de pouvoirs © Radio France CB

Il est environ 10h lorsque Stéphane Le Foll s'enferme dans son bureau avec son directeur de cabinet, pour discuter notamment de leur future équipe. Il donnera à nouveau signe de vie quatre heures plus tard. "On est bien installé. On prend la dimension des lieux et des questions qui nous sont posées. On a regardé le périmètre et les objectifs, comme ça on sait à peu près déjà comment on va s'organiser. Il y a les questions agricoles, les questions de ruralité, mais aussi à travers l'agroalimentaire les questions de l'alimentation", explique-t-il. Assis dans son nouveau bureau, lunettes sur le nez, l'homme semble plus grave que le matin même, comme si il avait endossé la fonction. "Il y a des attentes, il y a des inquiétudes, et il faut que l'on soit en capacité d'y répondre", conclut-il.

Dans son bureau après quatre heures de réunion © Radio France CB

Après cette première matinée de travail, une voiture l'attend dans la cour de son ministère, il s'exclame alors : "Mais ce n'est pas la même voiture que ce matin !" L'homme roule maintenant vers l'Elysée où il vivra son premier Conseil des ministres.

Stéphane Le Foll dans le gouvernement Ayrault (deuxième rang un peu à droite)  © Reuters Pascal Rossignol

Par Clara Beaudoux
aller directement au contenu