Manuel Valls hué et pris à partie à son arrivée à Amiens-Nord

par Baptiste Schweitzer mardi 14 août 2012 17:40, mis à jour le mardi 14 août 2012 à 20h19
Pascal Rossignol Reuters

Manuel Valls a été hué lors de son arrivée à la mairie de quartier d'Amiens-Nord. Le ministre de l'Intérieur s'est rendu dans ce quartier après des violences urbaines dans la nuit de lundi à mardi. Il a ensuite rencontré la famille d'un jeune homme de 20 ans mort dans un accident de moto jeudi dernier. En début de soirée, le ministère de l'Intérieur a annoncé que des renforts étaient envoyés à Amiens.

"Un cap supplémentaire a été franchi dans la violence, rien ne peut excuser qu'on tire sur des policiers" (Manuel Valls)  
 

Une légère bousculade entre riverains du quartier d'Amiens-Nord
et le service d'ordre de Manuel Valls, des questions sans réponse. L'arrivée du
ministre de l'Intérieur dans ce quartier – secoué par des violences urbaines la
nuit dernière avec 16 policiers de blessés
– a été agitée.

Juste avant d'entrer dans la mairie de quartier, Manuel
Valls a ainsi été apostrophé par un jeune homme de 25 ans lui demandant " de répondre à ses questions, d'arrêter de fuir", "rendez-nous nos
droits"
, a-t-il ajouté. Après sa visite dans la mairie de quartier, Manuel
Valls a rencontré la famille du jeune homme tué jeudi dans un accident de moto.

Les tensions dans le quartier d'Amiens font suite au contrôle
d'un automobiliste à la conduite dangereuse par les forces de l'ordre. Une intervention
jugée excessive par les riverains alors que les proches du jeune motard décédé
étaient réunis pour une cérémonie de deuil. L'intervention fait depuis l'objet
d'une enquête administrative.

Des renforts policiers dans le quartier

Manuel
Valls a ensuite tenu une conférence de presse pour expliquer :"Je ne suis pas
venu pour qu'on passe au Kärcher ce quartier, je ne suis pas venu pour mettre
en cause une communauté, des jeunes dans leur ensemble, je suis venu dire
qu'ici (...) la loi et la justice doivent passer. Il ne peut pas y avoir dans
notre pays une autre réponse."

Pour éviter un nouvel embrasement du quartier cette nuit, le ministère de l'Intérieur a annoncé que cent policiers avaient été envoyés en renfort dans le quartier. Il s'agit de deux compagnies de CRS disposant d'engins lanceurs d'eau anti-émeute, d'une trentaine de policiers des départements voisins. Ils seront appuyés par un hélicoptère de la gendarmerie. 

Manuel Valls chahuté à son arrivée à Amiens - Reportage d'Elodie Gueguen