Cirque Phénix "CIRKAFRICA"

le samedi 17 novembre 2012

Sur France Info dans le 12H - 14H du 19 novembre, Julien Moch a reçu Alain Pacherie, Directeur du Cirque Phénix. (Ré)écoutez l'interview :

ITW Alain Pacherie, Directeur du Cirque Phénix et producteur de CIRKAFRICA  

Lecture
 

Partager

Pascal Delannoy aborde l'avenir du cirque dans sa chronique "Défi futur" du dimanche 25 novembre ; et notamment le Cirque Phénix et son spectacle CIRKAFRICA ! (Ré)écoutez la chronique :

Le cirque - DEFI FUTUR - 25/11/12   

Lecture
 

Partager

Dans "Sortir,
écouter, voir
", retrouvez toute l'actualité culturelle et découvrez de
nouveaux talents. (Ré)écoutez la chronique du jeudi 20 décembre consacrée à
CIRKAFRICA, par Cédric Lang-Roth :

CIRKAFRIKA - SORTIR ECOUTER VOIR  

Lecture
 

Partager

Et une interview d'un des musiciens jouant de de la kora, un instrument traditionnel griot : 

SORTIR ECOUTER VOIR - ITW MAMADI DIABATÉ

Lecture
 

Partager

SI VOUS AVEZ MANQUÉ LE DÉBUT

" José, un pilote farfelu atterrit en catastrophe sur une
terre inconnue que l'on devine être l'Afrique. Est-il réellement confronté à
des éléments hostiles ou est-il simplement habité par des clichés qui
nourrissent ses craintes? Vous découvrirez qu'une fois ses inquiétudes
dissipées, il se rapproche des autochtones qui mettent, eux aussi, leurs
réserves de côté pour fonder avec le pilote une amitié sincère qui les conduira
à une véritable fraternité ".

© Cirque Phénix

Au programme, 14 numéros de cirque, un orchestre de 12 musiciens, des ballets, des animaux géants ...

Le Cirque Phénix ne présente pas de numéros
d'animaux depuis 2002. Cependant la présence d'animaux dans les spectacles est
assurée sous la forme d'images virtuelles en 3D lors des spectacles Extra,
l'abeille et Les Plus beaux numéros du monde. Cette saison, afin d'évoquer
l'Afrique, des marionnettes géantes articulées représentant des fauves sont
intégrées, des reptiles, des antilopes, et même des batraciens. Ainsi, les
spectateurs auront l'opportunité de vivre une savane africaine plus vraie que nature.

© Cirque Phénix

BASSINES AFRICAINES

Qu'ils interviennent en duo ou en solo, les
jongleurs aux bassines sauront captiver l'attention. La bassine colorée est un
ustensile de base que l'on retrouve en Afrique comme dans l'ensemble des
Caraïbes. Là encore, il s'agit de détourner cet objet du quotidien pour en
faire un agrès identitaire. En Occident, on jongle avec les balles et des massues.
En Afrique, on jongle avec de superbes bassines colorées. Les jongleurs aux bassines
sont des sportifs de haut niveau. On distingue clairement les heures
interminables d'entraînements par chaque muscle pointant fièrement sous leur
peau et par leur capacité à faire voler leurs bassines dans les airs à une
vitesse vertigineuse. Dans un rythme effréné, ils font tourbillonner leurs instruments
tout en se donnant à un périlleux numéro de jeux icariens.

© Cirque Phénix

DIABOLO

L'origine du diabolo n'est pas connue. Il se
pourrait qu'il vienne de Chine vers 4000 avant J.C. En France, il était connu
jusqu'au XXè siècle sous le nom de diable en raison du bruit singulier qu'il produisait.
Le diabolo connaît plusieurs pics de popularité aux XIXè et XXè siècles. L'un
d'eux est dû à une innovation technique de Gustave Philippart au début du XXè
siècle, innovation qui lui donna sa nouvelle forme : deux cônes reliés à leurs extrémités
les plus fines par un axe. Les diabolos actuels sont à l'origine du regain d'intérêt
pour ce jeu. Depuis les années 1980, on utilise deux diabolos simultanément. Et
depuis le début des années 2000, on peut en utiliser trois, voire plus. L'utilisation
de la notation " siteswap " a permis d'inventer de nouvelles figures en
utilisant plusieurs diabolos. L'amélioration des formes ainsi que l'utilisation
de plastique au lieu de bois permet d'exécuter un plus grand nombre de figures. Les diabolistes de tous niveaux se retrouvent régulièrement lors de
rassemblements de jonglerie appelés " conventions " où les chinois excellent. C'est
donc tout naturellement que cet agrès est utilisé par les artistes de
Cirkafrika dans un registre extrêmement technique et non académique pour en
faire en définitive un instrument traditionnel africain.

© Cirque Phénix

MÂTS CHINOIS

D'origine asiatique, le mât chinois est composé d'un
ou de plusieurs poteaux en métal fixés verticalement. Le mât chinois est
utilisé aussi bien dans les arts de la rue qu'en salle ou en chapiteau dans des
numéros aériens. Sa taille peut varier de 3 à 9 mètres de haut. Un ou plusieurs acrobates y grimpent
et y  évoluent, accomplissant différentes
figures, rattrapages et sauts. Un dérivé est le mât oscillant, qui n'est pas
fixé au sol mais suspendu en son sommet à l'aide de câblages. Il permet à
l'acrobate de dynamiser et diversifier ses figures grâce au mouvement créé par
le mât. Proche du tissu ou de la corde, cet agrès requiert une grande
technicité. C'est d'ailleurs une discipline présente dans le cirque contemporain,
au même rang que le tissu. Le mât fait son apparition dans le répertoire du
cirque d'Afrique du Nord depuis quelques années. C'est donc tout naturellement
qu'on le retrouve aujourd'hui revisité par les artistes de Cirkafrika.

CIRKAFRIKA, bande annonce - Cirque Phénix © Cirque Phénix

Visitez également le site du Cirque Phénix.

Informations pratiques

Adresse :
92 Boulevard Poniatowski
75012 Paris