aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

"Les Métaboles" dans le cadre du festival "Manifeste"

le Samedi 1 Juin 2013 à 08:50
  • Pas encore de votes

"Les Métaboles", la partition la plus célèbres d'Henri Dutilleux, disparu il y a dix jours, servira d'hommage dans le programme de l'Orchestre philharmonique de Radio France, le 7 juin, dans le cadre du festival "Manifeste".

Manifeste, c'est une "vitrine" de l'IRCAM à Paris, l'Institut de recherche acoustique-musique, référence internationale que nous devons à Pierre Boulez. L'idée était prémonitoire, dans les années 1970, de rapprocher la recherche, l'informatique et la création artistique.

Cette année, Manifeste proposera, jusqu'au 30 juin, un portrait du compositeur Yan Maresz (né en 1966), 30 créations mondiales ou premières françaises. Dont celle d'un opéra de Sébastian Rivas intitulé Aliados (les Alliés). Retour sur l'alliance improbable entre Margaret Thatcher et le dictateur chilien Augusto Pinochet lors de la guerre des Malouines en 1982. Une création donnée au théâtre de Gennevilliers du 14 au 18 juin. Partition à résonnances multiples qui répond à la volonté de Franck Madlener, directeur de l'Ircam, de combiner la recherche la plus imaginative aux arts de la scène.

Les arts de la scène, version plus traditionnelle, c'est aussi l'une des signatures du Théâtre des Champs Elysées à Paris, qui célèbre son centenaire. Pour ce magnifique théâtre, la partition-reine c'est le Sacre du printemps d'Igor Stravinski, créé par les Ballets russes, avenue Montaigne, sous la direction musicale de Pierre Monteux le 29 mai 1913. Scandale mémorable pour un des chefs d'œuvre du XXe siècle. A l'instant, dans l'interprétation musclée de Daniele Gatti à la tête de l'Orchestre national de France chez Sony. Le National reprendra le Sacre au TCE le 13 juin. Un livre somptueux, coordonné par Nathalie Sergent, pour fêter le centenaire du théâtre et sa programmation prestigieuse parait chez Verlhac-éditions.

Nouveauté CD : le Quintette avec clarinette de Brahms par le Quatuor de Jérusalem et Sharon Kam. Le romantisme à son crépuscule incandescent, chez Harmonia Mundi.

aller directement au contenu