aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Turquie : une étudiante française retenue en prison

le Vendredi 8 Juin 2012 à 14:53
Par Nastassia Solovjovas

Depuis le 10 mai dernier, Sevil vit derrière les barreaux sans comprendre ce qu'on lui reproche. Les autorités d'Ankara la soupçonnent d'appartenir à une organisation clandestine d'extrême-gauche. Elle risque jusqu'à 12 ans de prison.

Sevil Sevimli, 19 ans, habite Lyon. Pour sa dernière année d'études, elle a décidé de découvrir son pays d'origine, la Turquie. C'est grâce à un échange Erasmus qu'elle est partie étudier à l'université Anatolie d'Eskisehir dans l'Est du pays. Depuis un mois, elle ne passe plus son temps sur les bancs des amphithéâtres, mais derrière les barreaux.

Soupçonnée d'appartenir à une organisation clandestine d'extrême gauche, la jeune fille a été arrêtée le 10 mai dernier avec cinq autres personnes. Elle aurait eu des liens avec le Front-Parti de libération du peuple révolutionnaire, qui figure sur la liste des organisations terroristes de l'Union Européenne.

Selon son avocat, il n'y a aucune preuve de son appartenance à cette organisation. De plus, l'accusation qui pèse à son encontre est étonnante. On lui reproche d'avoir assisté à une parade du 1er Mai et d'être allée au concert d'un groupe de musique réputé pour ses actions politiques socialistes.

La jeune femme risque 12 ans de prison pour appartenance à une organisation armée. Sevil ne comprend pas pourquoi elle est en prison d'autant qu'elle n'a pas accès à son dossier, classé confidentiel. Il y aurait plus de 700 étudiants emprisonnés en Turquie.

Sevil n'est la seule dans ce cas. Explication de Jérôme Bastion.   

Lecture
 
Partager
Par Nastassia Solovjovas
4
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Et François Hollande vient de recevoir le premier ministre turc, je doute qu'ils en aient parlé !
Avatar de anonyme
Mais qu'est-ce que c'est que ce pays ? C'est effarant. Que fait l'Ambassade de France dans de tels cas, ils ne peuvent rien faire pour soutenir ou aider ces étudiants ? S'il y a plus de 700 étudiants emprisonnés, ils ne peuvent quand même pas être tous des d'anarchistes. La Turquie doit trouver ce genre de prise d'otages rentable ? Elle en fait des pions sur un échiquier pour ses propres raisons.
Avatar de anonyme
Kurkcu Mehmet (anonyme),
Eskisehir n'est pas une ville dans l'Est du pays mais plutôt à l'Ouest, entre Istanbul et Ankara. Pourquoi cherchez-vous toujours à faire un amalgame entre les événements qui se déroule à l'Est et en Turquie en général ?
Avatar de anonyme
RFM (anonyme) @ Kurkcu Mehmet (anonyme),
La nuit vient de l'est. c'est elle qui fait peur. Le jour qui disparaît vers l'ouest emporte les rêves que nous souhaitons merveilleux ... ( rêves et peurs sont-ils légitimes ? ! ? )
aller directement au contenu