aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Présidentielle américaine : les enjeux du premier débat Obama - Romney

le Mardi 2 Octobre 2012 à 16:41 mis à jour le Mercredi 3 octobre à 05:00
Par Antoine Krempf

Barack Obama et Mitt Romney se retrouvent ce mercredi soir à Denver, dans le Colorado, pour le premier des trois débats télévisés dans la course à la Maison blanche. Le candidat républicain est derrière le président sortant dans les sondages. Ces dernières semaines, il a passé huit jours enfermé avec ses conseillers pour préparer le rendez-vous. De son côté, Barack Obama va devoir être capable de défendre son bilan point par point.

Mitt Romney et Barack Obama ont vidé leurs agendas depuis le début de la semaine pour s'enfermer avec leurs conseillers. Objectif : la préparation du premier débat télévisé de cette campagne électorale. Un débat qui devrait notamment aborder le très sensible dossier économique. Plus de 50 millions de personnes sont attendus derrière leurs postes.

Mitt Romney

Renverser la vapeur. Après les couacs de ces dernières semaines, Mitt Romney est toujours à la traîne dans les sondages. D'après la dernière livraison de Reuters, le candidat républicain compte 5 points de retard sur Barack Obama. Du coup, même si l'exercice traditionnel du débat télévisé permet rarement de renverser une tendance, Mitt Romney l'a bien compris : "Les gens veulent savoir qui va gagner, qui va donner les meilleurs coups... Il ne s'agit pas de savoir qui va perdre ou qui va gagner, il s'agit d'une chose plus importante. Ces débats sont l'occasion pour nous deux de décrire le chemin que nous ferions emprunter à l'Amérique" a-t-il expliqué lors de son dernier meeting lundi à Denver. Pour être prêt, il a passé au moins huit jours depuis un mois pour préparer les 90 minutes de débat.

  • Son angle d'attaque

Il le dit et le répète depuis plusieurs semaines, son "travail numéro un", s'il est élu, serait de s'occuper de l'emploi. Le débat de ce mercredi étant consacré à la politique intérieure et à l'économie, Mitt Romney devrait donc se montrer combattif sur la question et devrait présenter son plan de relance de l'économie.

Autre argument que le candidat républicain devrait marteler : "nous ne pouvons pas nous permettre quatre années supplémentaires comme les quatre années passées". Mitt Romney veut miser sur "l'enthusiasm gap", la désillusion des démocrates vis-à-vis de Barack Obama après son premier mandat.

  • Ses points faibles

La vidéo sur les "47%" de Mitt Romney sera forcément abordée lors du débat. Elle a été visionnée deux millions de fois de plus sur Youtube que le discours du candidat lors de son intronisation à la Convention républicaine. "Nous ne serions évidemment pas surpris que le sujet vienne dans le débat, et le gouverneur est évidemment prêt à y répondre", affirme Ed Gillespie, l'un de ses conseillers.

Barack Obama

Le président sortant va tout faire pour tenter de conserver la maigre avance dont il dispose dans les sondages face à son adversaire. Il vient de passer trois jours pour s'entraîner dans une station balnéaire du Nevada.

  • Son angle d'attaque

Ses conseillers travaillent avec le président sortant pour qu'il garde la maîtrise du débat sans se montrer agressif.

Le candidat démocrate devrait sûrement faire référence aux nombreuses bourdes de son adversaire ces dernières semaines. L'occasion de montrer que Romney n'est pas une alternative crédible à son poste.

  • Son point faible

Barack Obama va surtout devoir convaincre qu'il peut faire dans un nouveau mandat ce qu'il n'a pas pu faire pendant ces quatre dernières années. Certains de ses engagements n'ont pas été remplis. En janvier 2009, le président s'était engagé à réduire le déficit budgétaire de moitié d'ici la fin de son premier mandat. Dimanche dernier, date de la fin de l'année fiscale, le déficit était stable à 1300 milliard de dollars.  Mitt Romney devrait aussi l'attaquer sur sa politique extérieure jugée trop timorée.

Mitt Romney ne peut pas se contenter d'un match nul pour rattraper son retard. Précisions de Fabienne Sintès, à Denver.  

Lecture
 
Partager
Par Antoine Krempf
aller directement au contenu