aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Avec les Tchouktches en extrême orient russe

le Samedi 23 Juin 2012 à 06:51
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4 (3 votes)

Comme beaucoup d'entre nous, Linda Bortoletto a toujours rêvé de grands voyages. Cette jeune femme qui voulait être pilote de chasse est finalement devenue gendarme. Mais l'envie de voir du pays est restée tenace. Linda Bortoletto a donc pris un congé sans solde et elle est partie au Kamtchatka.

Rennes au Kamtchatka © Linda Bortoletto

Le Kamtchatka est cette péninsule à l'extrême orient de la Sibérie. Elle longe la mer de Béring et l'Océan Pacifique. C'est une région sauvage traversée par deux chaînes de volcans, on en compte plus de 300 dont une trentaine toujours en activité. C'est aussi l'endroit où il y a la plus forte densité d'ours bruns. C'est enfin le royaume de peuples nomades, les Koriaks, les Itelmènes, les Evènes et les Tchouktches. Ils sont éleveurs de rennes ou pêcheurs.

C'est avec les Tchouktches que Linda Bortoletto a passé quatre mois. Pour les rejoindre, il n'y a pas de routes. Il faut donc marcher beaucoup ou saisir l'opportunité d'un hélicoptère qui assure le ravitaillement de ces peuples isolés. C'est ce qu'a fait Linda.

Elle a ensuite intégré une brigade d'éleveurs qui accompagne les rennes dans leur migration. Chaque année, à la fin de l'été, les rennes cheminent naturellement vers la mer de Béring pour se nourrir de sel. Les Tchouktches ne les dirigent pas, ils les suivent pour les protéger des ours ou des loups. Ils peuvent en croiser une dizaine par jour. Ce long voyage dure deux mois dans une grande solitude.

"J'étais avec dix Tchouktches, huit hommes et deux femmes. Les femmes qui restent au camp pour la cuisine et les hommes qui partent au troupeau. Donc, il y a une équipe de jour et une équipe de nuit. Et donc pendant deux mois, on a effectué la migration des rennes de l'intérieur des terres jusqu'à la mer de Béring. En tout, on a fait un périple à pied de six cents kilomètres pour accompagner la migration des rennes. Il y a une équipe de jour et une équipe de nuit qui restent à surveiller le troupeau et donc je partais le jour avec une équipe d'éleveurs. Donc, on partait à peu près vers 7h le matin et on revenait vers 2h le soir. Donc, on nomadisait avec les rennes et on faisait à peu près une trentaine de kilomètres par jour."

Linda Bortoletto s'est complètement intégrée dans cette équipe. Elle a partagé le travail de ses hôtes. Pendant cette transhumance, on ne mange bien sûr que du renne. Le troupeau comptait plus de deux mille bêtes. 

Linda Bortoletto avec les éleveurs Tchouktches © Linda Bortoletto

aller directement au contenu