aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La bataille d'Alep n'est pas terminée

le Jeudi 9 Août 2012 à 08:36
Par Cécile Mimaut

Alors que la situation reste confuse à Alep, l'Iran, soutien clé du président Bachar al-Assad, organise une conférence ministérielle aujourd'hui en Syrie visant à mettre fin à un conflit qui bascule chaque jour un peu plus dans la guerre civile.

Situation toujours confuse à Alep, deuxième ville de Syrie et capitale économique du pays, où les combats se poursuivent entre les rebelles et l'armée régulière. Hier, le régime en place a repris des quartiers qui étaient aux mains des insurgés depuis quelques jours. Des rebelles qui démentent avoir perdu le contrôle total du quartier de Salaheddine, pilonné à l'artillerie lourde par l'armée régulière. "Les forces syriennes sont positionnées sur un côté de Salaheddine mais elles ne sont pas entrées et les combats se poursuivent", a déclaré Abou Mohammed.

La bataille d'Alep racontée par Christian Chesnot  

Lecture
 
Partager

Des combats qui durent depuis trois semaines et qui ont mis sur les routes des milliers de Syriens. Après l'offensive terrestre lancée par le régime de Damas, les observateurs internationaux assistent à un afflux de réfugiés en provenance d'Alep et en direction de la Turquie notamment, où quelque 2.400 Syriens, dont deux généraux, sont arrivés en dans la nuit de mardi à mercredi. Selon l'Observatoire syrien des Droits de l'homme, plus de 60 personnes ont été tuées en Syrie mercredi, dont 15 civils à Alep.  

Les réfugiés d'Alep – Le reportage de l'envoyé spécial de France Info, Omar Ouahmane  

Lecture
 
Partager

La conférence ministérielle organisée aujourd'hui par l'Iran en Syrie doit être l'occasion "de remplacer les affrontements militaires par une approche politique, locale, pour régler les différends", a déclaré le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Mais cette incursion diplomatique de Téhéran, alliée du président Assad, dans la crise syrienne laisse les pays occidentaux sceptiques.

Par Cécile Mimaut
Créer une alerte avec ces thèmes
aller directement au contenu