aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Vacances en famille loin de la foule en Grèce

le Samedi 21 Juillet 2012 à 05:10
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4 (1 vote)

Comme un secret bien gardé. Si Eubée n'attire pas autant les visiteurs étrangers que Mykonos ou Santorin, ses voisines, l'île la plus grande de Grèce après la Crète ne manque pourtant pas d'atouts.

Xavier De Neuville à l'hôtel "Le Grand Bleu" d'Eubée © Emmanuel LANGLOIS

"Nous ne sommes qu'à une heure et demi au nord d'Athènes, explique Xavier De Neuville, il y a des sites archéologiques, sans doute les plus belles plages de Grèce et des monuments byzantins à visiter, mais on ne le sait pas encore." Mais le secret d'Eubée, c'est sans doute son ambiance nonchalante. Il faut, le soir venu à Eretria, la petite station balnéaire de l'île, se mêler aux Grecs et, déambulant le long du front de mer au soleil couchant, au milieu des lauriers roses et des eucalyptus, assister au lent mouvement des ferries entre l'île et le continent. Cela fait 40 ans que Xavier De Neuville est tombé amoureux d'Eubée. C'est à cette époque qu'il ouvre "Le Grand Bleu", un hôtel-club trois étoiles de 175 chambres et bungalows sur 3 hectares de terrain. L'histoire ne dit pas si c'est ici que Luc Besson a trouvé le titre de son film-culte, tourné un peu plus bas, dans les Cyclades. D'Eubée, on part facilement visiter Delphes, les Météores ou les îles du golfe Saronique. Un caïque, authentique bateau de pêcheur, propose aussi des croisières à la journée. 

Un microclimat pour les surfeurs

L'hôtel, au confort simple, attire chaque année d'avril à octobre des familles souvent françaises en quête de tranquillité à des prix raisonnables, face aux eaux limpides de la mer Egée. "L'eau est très chaude ici, témoigne Xavier De Neuville, l'île est séparée du continent par un bras de mer relativement étroit. Il y a peu de courant, on se baigne très tôt et très tard dans la saison". La plage bénéficie aussi d'un microclimat qui attire les accros de la glisse. "Tous les après-midi, une brise assez forte se lève, détaille le Français, très propices aux sports nautiques, comme la planche à voile ou le kite surf." Remis régulièrement au goût du jour, l'établissement, emploie 60 saisonniers qui reviennent d'année en année, comme l'exige la loi en Grèce. "Même s'il me fait parfois souffrir, moi, entrepreneur, c'est un pays très attachant, assure Xavier De Neuville. La Grèce a beaucoup de défauts mais aussi des attraits, comme cet art de vivre auquel on ne peut qu'adhérer. Les gens sont très simples dans les relations, on se parle avec les mains !"

Un cancre invétéré

Breton né à Quimperlé, dans le Finistère, Xavier De Neuville découvre la Grèce dans les années 60. Alors dans le tourisme universitaire, en 1975, il créée "Vacances Héliades", devenu au fil des ans le tour opérateur français spécialiste de la Grèce, et qui commercialiste l'hôtel. Autodidacte, l'hôtelier aime à raconter qu'il s'est fait tout seul : "J'étais un cancre invétéré, j'étais incapable d'apprendre quoi que ce soit ! J'étais très littéraire, pas du tout scientifique." De ce goût pour les belles lettres, il nourrit toujours une passion pour l'écrivain grec Nikos Kazantzàkis, dont l'œuvre avait inspiré le film "Zorba le Grec".

Lui écrire

Aller plus loin

L'hôtel Le Grand Bleu

Vacances Héliades

Retrouvez ce portrait dans le livre "S'expatrier, vous en rêvez, ils l'ont fait !", 100 portraits d'expatriés français aux éditions Studyrama

aller directement au contenu