aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

En Syrie, les violations des droits sont alarmantes, estime l'ONU

le Mercredi 27 Juin 2012 à 11:50 mis à jour à 12:27
Par Mikaël Roparz

En Syrie, les forces gouvernementales ont commis au cours des trois derniers mois des violations des droits de l'homme, y compris des exécutions, "d'une ampleur alarmante", indiquent les observateurs de l'Onu, dans un récent rapport.

Pour réaliser ce rapport de 20 pages,  les observateurs ont interrogé près de 400 personnes et ont réuni des photos, des vidéos, des images prises par satellite et d'autres documents.
Cela leur a permis de mettre à jour la liste noire secrète des auteurs identifiés de violations de droits de l'homme en cas d'une éventuelle action en justice.
On apprend par exemple que les groupes armés d'opposition utilisent de plus en plus régulièrement des engins explosifs dans leur combat contre les troupes de Bachar al Assad.

Les forces fidèles au gouvernement syrien "pourraient avoir été responsables" de la mort d'une grande partie de la centaine de civils tués dans le village de Houla, les 24 et 25 mai derniers

"Dans un contexte de militarisation croissante, les violations des droits de l'homme dans le pays sont d'une ampleur alarmante au cours d'opérations militaires contre les zones supposées abriter des déserteurs et/ou perçues comme affiliées à des groupes armés antigouvernementaux dont l'Armée libre syrienne" indique l'ONU.

Les observateurs font également part de leur profonde inquiétude face à l'utilisation par les rebelles d'enfants qui servent de "porteurs de médicaments, de messagers et de cuisiniers, ce qui les expose à des risques de mort et de blessures". Certains de ces enfants assurent la navette dans la zone frontalière avec la Turquie.

"L'afflux de nouvelles armes et de munitions à destination à la fois de l'armée et des groups armés antigouvernementaux engendre une situation qui risque de s'aggraver dans les prochains mois", estime Paulo Pinheiro qui a conduit cette enquête.

De son côté, le médiateur international Kofi Annan veut organiser samedi à Genève une réunion pour tenter de trouver une solution politique à la crise syrienne. La Syrie qui a quitté la réunion au Conseil des droits de l'home de l'ONU ce matin au moment ou étaient présentées les conclusions de ce rapport.

Violences en Syrie : Donatella Rovera d'Amnesty international dénonce des crimes contre l'humanité Etienne Monin 
 

Lecture
 
Partager

 

Par Mikaël Roparz
1
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
coco de bordeaux (anonyme),
ce qui se passe en Syrie s'est passé en Vendée avec, à la place de Bachar, la République Française et ses "colonnes infernales " qui exterminèrent des villages entiers, femmes, enfants, vieillards : le chef de ses colonnes infernales , le général TURREAU, a son nom gravé sur l'arc de triomphe à Paris. Alors avant de donner des leçons, la France devrait commencer par se regarder elle-même
aller directement au contenu